dimanche, novembre 29, 2020

Trump met en garde la Syrie, la Russie et l’Iran contre une offensive à Idleb

Alors que le ministre des Affaires étrangères iranien et le président syrien venaient de se rencontrer, le président Trump a tweeté un message avertissant qu’une « grave erreur humanitaire » serait commise en cas d’attaque de la province d’Idleb en Syrie.
Le président américain Donald Trump a mis en garde lundi la Syrie, la Russie et l’Irancontre une offensive à Idleb, dernière région syrienne contrôlée par la rébellion, déclarant qu’une telle opération pourrait provoquer une « tragédie humaine ».
« Une grave erreur humanitaire », prévient Trump. L’avertissement de Washington est intervenu alors que le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif venait de rencontrer lundi à Damas le président syrien Bachar al-Assad. « Le président de la Syrie Bachar al-Assad ne doit pas attaquer imprudemment la province d’Idleb. Les Russes et les Iraniens commettraient une grave erreur humanitaire en prenant part à cette potentielle tragédie humaine », a tweeté Donald Trump. « Des centaines de milliers de personnes pourraient être tuées. Ne laissons pas cela se produire ! », a-t-il ajouté.
Des troupes rassemblées de part et d’autre de la province. Depuis plusieurs semaines, le pouvoir de Damas masse des troupes aux abords de la province d’Idleb, située dans le nord-ouest de la Syrie, à la frontière avec la Turquie. La province est dans le collimateur du régime et de son allié russe, qui visent particulièrement les djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham, un groupe dominé par les combattants de l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda.
La Turquie, parrain de certains groupes rebelles, a elle aussi déployé des troupes dans la région. Elle cherche pour sa part à éviter un assaut, qui provoquerait un nouvel afflux massif de réfugiés sur son territoire. Les Nations Unies et des ONG ont averti qu’une attaque d’envergure sur Idleb pourrait entraîner une catastrophe humanitaire d’une ampleur inédite depuis le déclenchement du conflit syrien en 2011. Mais la Russie et l’Iran déclarent que les groupes extrémistes présents dans la province d’Idleb doivent être vaincus, et devraient apporter leur soutien au pouvoir syrien si une offensive est déclenchée.
Un prochain sommet tripartite. La visite du chef de la diplomatie iranienne à Damas est intervenue quelques jours avant un sommet tripartite sur la Syrie qui doit réunir en Iran vendredi 7 septembre les présidents russe Vladimir Poutine, iranien Hassan Rohani et turc Recep Tayyip Erdogan. Vladimir Poutine évoquera avec ses homologues les « efforts communs visant à assurer une normalisation à long terme en Syrie », a indiqué le Kremlin. Le processus de paix dit d’Astana a permis notamment de mettre en place plusieurs « zones de désescalade » en Syrie, ravagée depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 350.000 morts.
La France préoccupée. La France a, comme les États-Unis, exprimé « sa préoccupation » devant la possibilité d’une offensive d’envergure sur la province d’Idleb. Une telle opération « entraînerait des conséquences désastreuses » et « engendrerait une nouvelle catastrophe humanitaire et migratoire majeure », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères.
Des Américains déconnectés de la réalité de la Syrie ? Malgré la mise en garde lancée lundi par Donald Trump, des experts relèvent que les États-Unis semblent résignés à la perspective d’une victoire finale des forces gouvernementales syriennes. Pour Jonas Parello-Plesner, un chercheur au Hudson Institute à Washington, les avertissements américains ont peu à voir avec la réalité actuelle en Syrie. Et la réalité est qu' »Assad avance sur le terrain, aidé par l’Iran au sol et par la Russie dans les airs », pendant que les États-Unis placent leurs espoirs dans le processus de paix de Genève soutenu par l’ONU que l’on peut qualifier de « moribond », a relevé ce chercheur.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Irak : Le Parlement appelle à une réponse ferme à la suspension des visas...

La suspension de la délivrance de visas par les Émirats arabes unis (EAU) aux ressortissants de 13 pays, dont l'Irak ne cesse de susciter de vives réactions. Cette...

Assassinat du scientifique iranien : Doha appelle Téhéran à calmer les esprits

Samedi, le Qatar a appelé l’Iran «à calmer les esprits et à tenter de trouver des résolutions radicales aux questions aiguës», en commentant l’assassinat...

Irak : un policier tué et un civil blessé lors d’une attaque de «...

Un policier irakien a été tué tandis qu’un civil a été blessé, samedi, lors d’une attaque lancée par l’Organisation terroriste « Daech » à...

Responsable soudanais : la délégation israélienne a visité le système des industries de défense

Le membre du Conseil de la souveraineté soudanaise, Mohamed Al-Feki Suleiman, a déclaré que la délégation israélienne récemment arrivée à Khartoum, a visité le système des...

Une chaîne émiratie coupable d’atteinte à la vie privée, pour avoir diffusé les aveux...

L’Office of communication (Ofcom), au Royaume-Uni, a jugé, lundi, que «la chaîne émiratie, «Abu Dhabi TV», était coupable de violations à la vie privée,...