vendredi, décembre 4, 2020

Un « faux compte Twitter » attribué au chef de la diplomatie algérienne Ramtane Lamamra

Le ministère algérien des affaires étrangères a démenti mardi 19 mars les « informations » distillées sur un « faux compte Twitter » attribué au chef de la diplomatie algérienne, Ramtane Lamamra, dénonçant une « pure manipulation ». Un compte Twitter au nom de M. Lamamra, nommé le 11 mars vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères d’Algérie – poste qu’il a déjà occupé de 2013 à 2017 –, a été créé dimanche. Ce compte (@RLamamraMFA) se décrit comme son « compte officiel ».

« Les informations attribuées » au ministre des affaires étrangères « communiquées à travers un faux compte Twitter en son nom sont fausses, dénuées de tout fondement et relèvent de la pure manipulation », avertit le porte-parole du ministère dans un communiqué reçu par l’AFP. Le ministre « n’a jamais communiqué à travers les réseaux sociaux [Facebook, Twitter ou autres] au titre de ses nouvelles responsabilités gouvernementales », poursuit le porte-parole, Abdelaziz Benali Chérif.

Huit tweets depuis sa création

  1. Lamamra dispose d’un compte authentique (@Lamamra_dz) qu’il n’a utilisé que dans le cadre de ses fonctions de haut représentant de l’Union africaine (UA) pour « faire taire les armes en Afrique », qu’il a occupées jusqu’à fin 2017. Le dernier tweet sur ce compte remonte au 1er mars. « Ramtane Lamamra n’a communiqué à travers son vrai compte qu’au titre exclusif de sa mission au sein de l’Union africaine », rappelle le ministère algérien des affaires étrangères.

L’administrateur du faux compte a tweeté huit fois depuis sa création, rendant compte ces dernières heures de « conversations » avec le ministre russe des affaires étrangères, que M. Lamamra a effectivement rencontré mardi à Moscou. Ce dernier a entamé lundi une tournée diplomatique à Rome d’où il a « rassuré les partenaires extérieurs de l’Algérie » sur la situation actuelle, tout en s’opposant, comme à Moscou mardi, contre « toute ingérence », selon les médias d’Etat algériens.

L’Algérie est le théâtre depuis le 22 février d’une contestation sans précédent depuis l’élection à la présidence d’Abdelaziz Bouteflika il y a 20 ans, dont des manifestations monstres réclament le départ du pouvoir.

SourceLe Monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Rapport : «Les Émirats arabes unis financent les mercenaires de Wagner qui combattent pour Khalifa...

Le magazine américain, Foreign Policy, a signalé qu’«au moment où Abou Dhabi cherchait à dépenser des milliards de dollars pour acheter des armes américaines,...

France : 326 morts et 12 696 contaminations à la Covid-19 en 24 heures

La France a enregistré 326 décès et 12 696 nouvelles contaminations au nouveau coronavirus, Covid-19, au cours des dernières 24 heures, a annoncé jeudi...

OTAN : L’accord entre Kaboul et les Talibans est un « pas important » vers la...

Le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a salué l'accord conclu entre le gouvernement afghan et le Mouvement des Talibans, « pour aller de l’avant...

Yémen: 9 civils tués dans un bombardement des Houthis

Neuf civils ont été tués et sept autres ont été blessés, jeudi, par des bombardements de rebelles Houthis sur le complexe industriel et commercial...

Bloomberg : vers une réconciliation entre l’Arabie saoudite et le Qatar

L'Arabie saoudite et le Qatar tentent de parvenir à un accord pour résoudre leur différend de longue date, sous la pression de l'Administration du Président sortant Donald...