dimanche, janvier 16, 2022

Un tribunal britannique autorise l’extradition d’Assange vers les États-Unis pour « espionnage »

Un tribunal britannique a autorisé vendredi l’extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange vers les États-Unis, pour « espionnage ».

L’agence américaine l’Associated Press (AP) a déclaré que la Haute Cour de justice de Londres a ouvert la voie à une extradition de Julian Assange vers les États-Unis. Cette décision était également motivée par la santé mentale fragile de Julian Assange et les risques de suicide.

La Haute Cour de Londres a ainsi indiqué que les arguments fournis par les États-Unis concernant les conditions de sa détention étaient convaincants. Ce dernier ne serait pas soumis à des mesures administratives spéciales et dans des conditions de détention particulièrement sévères.

La ministre de l’Intérieur, chargée de l’application des lois au Royaume-Uni, devrait prendre la décision finale d’extrader Assange vers les États-Unis, selon l’agence.

La justice britannique a refusé, janvier dernier, l’extradition du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, vers les États-Unis, poursuivi pour espionnage après la publication de documents confidentiels.

En effet, la cour de l’Old Bailey, à Londres a évoqué la santé mentale fragile que présente Julian Assange et le risque de suicide très élevé en cas d’extradition vers les États-Unis.

La décision du tribunal est susceptible d’être sujette à un recours en appel dans les 14 jours, par l’administration américaine, qui réclame l’extradition du fondateur de WikiLeaks, âgé de 49 ans.

Par ailleurs, les États-Unis se sont engagés à ne pas placer Julien Assange dans une prison de haute sécurité et à le transférer en Australie, son pays d’origine, pour y purger sa peine en cas de condamnation.

Assange fait face à des accusations de complot en vue de commettre un piratage informatique aux États-Unis et de participation à la fuite de secrets gouvernementaux en 2010.

Il risque une peine de 175 ans de prison aux États-Unis, et ce, pour avoir publié, plus de 700.000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan.

Les États-Unis reprochent au fondateur de WikiLeaks d’avoir mis en danger les sources des services secrets américains. Des accusations mensongères que le concerné conteste.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos