mardi, juillet 27, 2021

Yémen : Les EAU s’en prennent à l’armée gouvernementale à Shabwa

Courrier arabe

Au Yémen, le gouverneur de «Shabwa» a appelé le président de son pays «Hadi Mansour Abed Rabou», à mettre terme aux provocations intentionnelles des soldats émiratis, lancées aux combattants de l’armée nationale yéménite, avertissant des risques du déclenchement d’un conflit, à l’ombre de l’atmosphère tendu dans la région.

Le gouverneur, lors d’une lettre officielle envoyée au président hier mercredi, nota: «L’aviation émiratie «Apache» avait infiltré la barrière acoustique, et avait atterri à proximité des camps des troupes gouvernementales, qui se trouvent dans la région».

Intentionnelles pour déstabiliser les troupes locales   

Il indiqua que les forces émiraties avaient obtenu l’autorisation pour utiliser les couloirs aériens de la région, sauf qu’elles avaient choisi de passer à travers les barrages de sécurité gouvernementaux, «à grande vitesse et sans cesse, provocant les soldats nationaux».

Le gouverneur a averti le président, du fait que ce qui se passait, dans la région du sud du pays, «représentait une nouvelle tentation émiratie, visant à déstabiliser l’armée et la sécurité», et lui demanda d’intervenir sévèrement pour régler le problème avant qu’il ne s’aggrave.

Des hostilités alarmantes  

Sachant que même si les troupes gouvernementales contrôlent la majorité de la région de Shabwa, des unités émiraties sont toujours présentes, au niveau des structures vitales dans la région, au moment où les troupes saoudiennes sont dépourvues à force de résoudre les désaccords continuels entre les deux camps.

Notons qu’en août dernier, les forces des Émirats arabes unis (EAU) avaient bombardé les troupes gouvernementales, qui se trouvaient à Aden, faisant tomber plus de 300 soldats, entre morts et blessés, sans oublier que la guerre, qui dure depuis 5 ans, suite à l’intervention de la coalition émirato-saoudienne, a causé au Yémen, la pire crise humanitaire au monde, avec deux tiers de la population souffrant de famine et dépendant des aides humanitaires pour vivre.

Ainsi les observateurs estiment que les soldats locaux ont suffisamment de raisons porteuses de représailles et d’hostilité, qui pourraient à tout moment, les pousser à déclencher un grave conflit sur terrain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos