mercredi, mai 25, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

Zarif n’était pas informé de la visite d’Assad en Iran

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, n’a pas été informé de la visite de Bachar el-Assad à Téhéran la semaine dernière. C’est pourquoi il a présenté sa démission, a rapporté aujourd’hui l’agence de presse des étudiants iraniens (ISNA).

L’agence de presse a cité le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bahram Qassemi, comme source de l’information contenue dans son rapport. « Le ministère des Affaires étrangères n’a reçu aucune information à quelque niveau que ce soit et cette absence d’information a été maintenue jusqu’à la fin de la visite », a expliqué Qassemi. « L’une des raisons de la démission du Dr Zarif, c’est ce type d’absence de coordination avec le ministère des Affaires étrangères. Comme cela a déjà été dit, la démission de l’honorable ministre n’était pas une affaire personnelle, son objectif était de remettre à sa juste place le ministère et le système diplomatique du pays », a-t-il ajouté.

Qassem Soleimani, le puissant commandant de la force Al Qods, la branche des gardiens de la Révolution chargée des opérations extérieures, était présent lors de la rencontre entre Bachar al Assad et le guide suprême de la Révolution Ali Khamenei lundi dernier à Téhéran. Le président iranien Hassan Rohani a rejeté mercredi la démission de Mohammad Javad Zarif, cible des « durs » du régime, estimant que son départ irait à l’encontre des intérêts de la république islamique. Le général Soleimani a affirmé le même jour que Zarif avait le soutien d’Ali Khamenei et des dirigeants iraniens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos