22.9 C
New York
mardi, juin 18, 2024

Buy now

spot_img

Tunisie: Fakhfakh entrave le processus gouvernemental, selon un communiqué de « Qalb Tounes »

Le parti « Au cœur de la Tunisie » a tenu le Premier ministre désigné, Elyes Fakhfakh, chargé de former le gouvernement, pour responsable d’avoir « entravé » le processus gouvernemental.

C’est ce qui ressort du communiqué rendu public par le parti libéral, dont Anadolu a eu copie, qui a souligné l’absence d’un véritable programme gouvernemental outre l’exclusion des forces politiques des concertations.

“Le blocage du processus de la mise en place du prochain gouvernement est dû à l’incapacité de Fakhfakh de former un gouvernement en l’absence d’une vision claire et d’un véritable programme”, a rapporté le communiqué.

En effet, le parti “Au cœur de la Tunisie” appelle le Premier ministre désigné à “former le gouvernement et à reconsidérer l’approche adoptée, notamment, face à la conjoncture économique et sociale.

Pour le parti dirigé par Nabil Karoui, le choix d’un gouvernement d’unité nationale est opportun, car il s’agit de “la meilleure solution pour sortir de la crise étouffante et générale que traverse le pays”. Une position adoptée également par le mouvement islamique d’Ennahdha.

Fakhfakh avait expliqué, la semaine dernière, que son projet a pour objectif de “construire la Tunisie et non à former un gouvernement”. Il optera, ainsi, pour les principes de clarté et de transparence dans la voie de la création d’une coalition gouvernementale et de l’élaboration d’un pacte gouvernemental.

“La feuille de route du gouvernement qui a été présentée aux partis lors des consultations provenait de leurs propres visions et propositions ainsi que mon projet pour la Tunisie. Je m’attends à ce que le document soit approuvé, samedi, avant d’entamer la formation du gouvernement”, avait-t-il affirmé.

Le Premier ministre tunisien désigné, Elyes Fakhfakh, avait fait savoir, lors d’un point de presse tenu vendredi dernier, que 10 partis politiques ont exprimé leur volonté de participer au prochain gouvernement.

Ces partis sont : le mouvement Ennahdha, le mouvement démocrate, la coalition al-Karama, le mouvement al-Chaab, Tahya Tounes, Machroô Tounes, al-Badil Tounsi, l’Union républicaine populaire, Nidaa Tounes et Afek Tounes.

SourceAgences

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de l’opposition en Tunisie, a indiqué, ce vendredi, que le ministère de l'Intérieur a déféré devant...

Tunisie-Sources : «Une campagne d’interpellations a ciblé un ancien dirigeant d’Ennahdha, un homme d’affaire et un activiste politique»

Des sources ont affirmé que «les forces de l’ordre tunisienne ont mené, samedi, une campagne d’interpellations, ciblant l’ancien dirigeant d’Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, l’homme d’affaire...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Kaïs Saïed qualifie l’opposition en Tunisie de «cancer»

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a déclenché une large polémique au pays, après avoir traité l’opposition de «cancer», et estimé qu’un traitement de chimiothérapie...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici