19.8 C
New York
jeudi, mai 30, 2024

Buy now

spot_img

Le chef du gouvernement tunisien nie être en rupture avec Ghannouchi

Le Chef du gouvernement tunisien, Elyes Fakhfakh, a nié être en rupture avec le président du parlement tunisien, Rached Ghannouchi.

Lors d’une interview, diffusée dimanche par une chaîne tunisienne privée, Fakhfakh a souligné qu’il existe des divergences d’opinions avec le président du parlement, mais, qu’ils sont parfois du même avis.

« Il n’y a aucune rupture avec Ghannouchi et nous communiquons ensemble », a assuré Fakhfakh

Et d’ajouter que « Ghannouchi est le président d’un parti partenaire au pouvoir, il fait ce qu’il juge convenable pour son parti et pour lui-même », en allusion au fait que Ghannouchi est aussi président du parti Ennahdha (54 députés sur 217).

Fakhfakh a, entre autres, indiqué que la coalition au pouvoir est en train de bâtir et de renforcer son unité.

Il a considéré, dans le même ordre d’idées que « si la coalition résiste et adopte les projets de loi proposés, elle persistera ».

Le Chef du gouvernement a, par ailleurs, assuré qu’il refuse d’élargir la coalition appuyée par 129 députés au parlement. Fakhfakh a voulu rappeler, implicitement, l’appel de Ghannouchi à élargir la coalition et à la renforcer par la présence d’autres partis comme « Qalb Tounes » (Cœur de la Tunisie- libéral/27 députés).

« La coalition représente tous les courants politiques en Tunisie et constitue une réelle union nationale entre eux », a précisé Fakhfakh dans ce contexte.

Il a considéré que « la coalition reflète la volonté de l’électeur, qui a choisi des partis différents et opté pour l’un des deux projets qui se présentaient devant lui », rappelant ainsi la victoire de Kaïs Saïed devant Nabil Karoui, président du parti « Qalb Tounes », à la présidentielle tenue en octobre dernier.

« La coalition au pouvoir ne s’élargit que quand elle échoue », a ajouté Fakhfakh.

Le président du bloc parlementaire d’Ennahdha, Noureddine Bhiri, avait déclaré la semaine dernière à l’Agence Anadolu que « la majorité qui appuie le gouvernement actuellement est faible et incapable de voter les projets de loi du gouvernement ».

La coalition au pouvoir en Tunisie est composée du « Mouvement Ennahdha », du « Courant démocrate » (social-démocrate/22 députés), du « Mouvement Echaab » (Nassérien/15 députés), du parti « Tahya Tounes » (libéral/ 14 députés) et du « Bloc de la Réforme nationale » (Indépendants et petits partis/ 16 députés).

SourceAgences

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de l’opposition en Tunisie, a indiqué, ce vendredi, que le ministère de l'Intérieur a déféré devant...

Tunisie-Sources : «Une campagne d’interpellations a ciblé un ancien dirigeant d’Ennahdha, un homme d’affaire et un activiste politique»

Des sources ont affirmé que «les forces de l’ordre tunisienne ont mené, samedi, une campagne d’interpellations, ciblant l’ancien dirigeant d’Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, l’homme d’affaire...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Kaïs Saïed qualifie l’opposition en Tunisie de «cancer»

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a déclenché une large polémique au pays, après avoir traité l’opposition de «cancer», et estimé qu’un traitement de chimiothérapie...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici