lundi, octobre 25, 2021

Tunisie : Le Mouvement Ennahdha rejette la motion qui accuse des pays bien déterminés d’ingérence dans l’affaire libyenne

Le parlement tunisien a rejeté, mercredi soir, la motion du Parti Destourien Libre (libéral – 16 sièges sur 217), portant sur la Libye.

Le vote a eu lieu lors d’une séance plénière consacrée à la discussion de la motion du PDL sur « le refus de l’ingérence extérieure dans l’affaire libyenne ».

La proposition a été approuvée par 94 députés et rejetée par 68 autres, tandis que 7 députés se sont abstenus de voter.

Le deuxième vice-président du parlement, Tarek Fetiti, a annoncé, à l’issue de la séance du vote qui s’est terminée très tard dans la soirée du mercredi, que la motion « a été rejetée par le parlement ».

L’adoption de cette motion nécessite l’approbation de la majorité absolue des députés, soit 109 voix, selon l’article 141 du règlement intérieur du parlement.

Le député du Mouvement Ennahdha (54 sièges), Imed Khemiri, a annoncé, lors de la plénière, que son bloc « refuse la motion ».

Khemiri a considéré que la partie qui l’a proposée ne représente pas la diplomatie tunisienne et que « le fait de citer des pays bien définis dans le texte de la proposition est une atteinte à des milliers de Tunisiens et à la sécurité nationale ».

Il a assuré que la motion en question « touche aux relations de la Tunisie avec certains pays ».

La motion présentée par le PDL appelle à « annoncer le rejet par le parlement de l’ingérence extérieure en Libye et son opposition à la constitution d’une base logistique sur le territoire tunisien facilitant cette ingérence, sous le couvert des accords et des conventions économiques, sociales et financières ».

Le texte de la proposition met l’accent sur « le non-alignement avec les axes et le refus de l’ingérence en Libye, qui touche à sa souveraineté et son unité».

Cependant, la motion cite dans sa première version deux pays uniquement, laissant surgir les critiques des opposants du PDL, sur l’intention derrière cette proposition de « s’aligner avec les Emirats et l’axe anti-révolutions du Printemps arabe ».

La motion a été rejetée par les blocs d’Ennahdha et de la Coalition de la Dignité (19 sièges) et approuvée par les blocs de Tahya Tounes (libéral- 14 sièges), Qalb Tounes (libéral – 29 sièges), la Réforme (un groupe de partis – 16 sièges) et l’Avenir (8 sièges).

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos