samedi, novembre 28, 2020

Tunisie: Fakhfakh accuse Ennahdha et Qalb Tounes d’être derrière l’effondrement du gouvernement

Le chef du gouvernement de gestion des affaires courantes, Elyès Fakhfakh a fait savoir que “tous les indicateurs économiques sont au rouge” : “le taux de croissance est à -6%, l’endettement du pays a dépassé 60% du PIB pour la dette extérieure”.

 

C’est ce qui ressort des déclarations du Premier ministre démissionnaire, jeudi, lors d’une interview accordée à la radio locale Express Fm (Privée).

Dans le contexte de la crise politique, Fakhfakh a accusé le parti d’obédience islamique d’Ennahdha, et Qalb Tounes (Au Coeur de la Tunisie), d’être derrière l’effondrement du gouvernement.

Pour le chef du gouvernement de gestion des affaires courantes, “Ennahdha avait accordé la confiance à son gouvernement simplement par peur pour sa place au Parlement (…) avant de créer une alliance sacrée avec Qalb Tounes (…)”.

“L’histoire a toujours été marquée par une lutte entre réformistes et conservateurs en plaçant leurs intérêts avant l’intérêt de la patrie. Ennahdha a rejoint le système pour préserver ses acquis (….) Ce qu’ils ont fait est un crime contre la Tunisie”, a-t-il ajouté.

Face à ces accusations, le porte-parole du parti Ennahdha, Khalil Barôumi a affirmé que « le mouvement a combattu la corruption et a mené des réformes au sein de l’administration tunisienne ».

Dans une déclaration accordée à Anadolu Agency, Barôumi a réaffirmé que “le mouvement a toujours fait face aux complots contre la patrie, élaborés par les ennemis de la démocratie et les partisans du chaos et de la tyrannie”.

« Les déclarations de Fakhfakh entrent dans la catégorie des réactions impulsives, notamment, après la démission du gouvernement et le début des concertations pour la formation d’une nouvelle équipe gouvernementale”.

De son côté, le président du bloc parlementaire du parti Qalb Tounes, Oussama Khelifi s’est dit surpris par les propos du premier ministre démissionnaire. Dans une déclaration accordée aux médias, Khelifi a souligné que le gouvernement s’est effondré avec la démission de Fakhfakh.

Ayant démissionné sur fond de bras de fer avec Ennahdha, le plus grand bloc parlementaire, suite aux “soupçons de conflit d’intérêts”, le Premier ministre a reconnu son erreur, jeudi, sur les ondes d’Express Fm : celle de ne pas avoir cédé ses actions dans la société qui traite avec l’Etat, après son intronisation Chef du gouvernement.

Dimanche, l’Instance Nationale de Lutte contre la Corruption en Tunisie (INLUCC) a demandé au procureur général, d’émettre des ordonnances d’interdiction de voyage et de gel de fonds de personnes suspectées dans l’affaire de conflit d’intérêts dans laquelle est impliqué le Chef du gouvernement démissionnaire, Elyes Fakhfakh.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Une chaîne émiratie coupable d’atteinte à la vie privée, pour avoir diffusé les aveux...

L’Office of communication (Ofcom), au Royaume-Uni, a jugé, lundi, que «la chaîne émiratie, «Abu Dhabi TV», était coupable de violations à la vie privée,...

L’ambassadeur du sultanat d’Oman à Paris : «La crise du Golfe prendra bientôt sa fin»...

L’ambassadeur du sultanat d'Oman à Paris, Gazi al-Rawas, a déclaré, mercredi, que son pays se battait pour conserver l’union du Conseil Coopératif du Golfe...

Allemagne : 3 organisations de la société civile intentent un procès contre le régime...

Des organisations de la société civile ont intenté un procès en Allemagne contre le régime d’al-Assad, accusé d'avoir utilisé des armes chimiques lors de...

Égypte : l’ONU condamne des « arrestations punitives » contre des défenseurs des droits de l’homme

Des experts des Nations unies en matière de droits de l'homme ont condamné, vendredi, ce qu'ils considèrent comme des "arrestations punitives" contre des défenseurs...

Députée libyenne : une session officielle du Parlement libyen prévue pour le 7 décembre...

Une députée libyenne a révélé, samedi, que les députés de la Chambre des représentants ont convenu de tenir une session officielle du Conseil le...