22.9 C
New York
mardi, juin 18, 2024

Buy now

spot_img

Tunisie : Rached Ghannouchi en tête du Parlement mission accomplie et tâche complexe à l’horizon

Courrier arabe

Aujourd’hui mercredi 13 novembre, le parlement tunisien a tenu sa première assemblée, sous l’égide de son nouveau président «Rached Ghannouchi», au milieu d’une diversité sans précédent, au niveau de la masse politique au risque de menacer la stabilité gouvernementale.

Lors de son ouverture, le président du Parlement et ses deux représentants ont été élus, selon l’article 59 de la constitution tunisienne, une étape obligatoire pour tous les députés, à l’ombre des négociations en cours, pour former le nouveau gouvernement.

Avec 123 voix sur 217, «Rached Ghannouchi», le chef historique du parti «Ennahdha» est aujourd’hui le nouveau président du Parlement tunisien, et le premier homme de mouvements islamistes, accédant à un tel poste gouvernemental, à travers des élections démocratiques et transparentes, dont le monde entier témoigna et rêva d’en inspirer exemple.

Rappelons que contre toutes attentes, les élections législatives avaient distribué les sièges parlementaires, de façon inattendue, laissant espérer à des réformes concrètes et à une avancée vers la réalisation des objectifs de la révolution populaire et de ses perspectives.

Toutefois, une fois entrer en action, les députés devront examiner plusieurs projets de loi, transférés de l’ancien Parlement, tel le projet de la loi budgétaire, le projet de la loi d’urgence, ou encore le projet de la loi des renseignements, en relation avec la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et extra-frontalier.

Ne s’arrêtant pas là, les députés devront également s’accorder à choisir 3 membres pour le tribunal constitutionnel, à renouveler 3 autres membres de «l’Instance supérieure indépendante pour les élections» (ISIE), élire les membres du Comité constitutionnel des droits de l’homme, ainsi que ceux du Comité de la lutte contre la corruption, et ceux du Comité du développement durable et des futures générations.

lors de toutes ces tâches complexes et tant d’autres, les députés devront faire beaucoup de concessions, et seront obligés de faire preuve et tolérance et d’amour de la patrie.

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de l’opposition en Tunisie, a indiqué, ce vendredi, que le ministère de l'Intérieur a déféré devant...

Tunisie-Sources : «Une campagne d’interpellations a ciblé un ancien dirigeant d’Ennahdha, un homme d’affaire et un activiste politique»

Des sources ont affirmé que «les forces de l’ordre tunisienne ont mené, samedi, une campagne d’interpellations, ciblant l’ancien dirigeant d’Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, l’homme d’affaire...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Kaïs Saïed qualifie l’opposition en Tunisie de «cancer»

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a déclenché une large polémique au pays, après avoir traité l’opposition de «cancer», et estimé qu’un traitement de chimiothérapie...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici