8.5 C
New York
dimanche, mars 3, 2024

Buy now

spot_img

Une instance tunisienne appelle la Présidence de la République à lever le voile sur l’état de santé de Saïed

L’Instance nationale pour la défense des libertés et de la démocratie (INDLD) en Tunisie, a appelé mardi la Présidence de la République à lever le voile sur « l’état de santé » du président Kaïs Saïed, en publiant à cet effet un communiqué à l’attention de l’opinion publique.

C’est ce qui ressort d’un communiqué rendu public par l’INDLD (non gouvernementale), et consulté par l’Agence Anadolu.

Ladite instance – fondée par un groupe de militants politiques – a expliqué que son communiqué survient sur fond « d’informations publiées dans le magazine panafricain francophone « Jeune Afrique », qui confirmeraient « l’authenticité des enregistrements audio fuités, prêtés à Nadia Akacha, l’ancienne cheffe de cabinet du président tunisien Kaïs Saïed ».

Des enregistrements prêtés à Nadia Akacha, dans lesquels on pouvait notamment y entendre des informations autour de l’état de santé du président, notamment psychologique, ainsi que sur l’interférence du cercle familial de Saïed dans ses décisions politiques, ont été relayés sur les réseaux sociaux.

Pour l’heure, la Présidence de la République tunisienne n’a pas réagi à ce sujet.

Concernant le placement en garde à vue du journaliste Salah Attia par la justice militaire, après ses déclarations sur l’armée tunisienne accordées samedi à la chaîne qatarie Al Jazeera, l’INDLD a dénoncé les poursuites judiciaires engagées contre des civils par des tribunaux militaires.

Par ailleurs, l’Instance nationale pour la défense des libertés et de la démocratie, a estimé que « la tenue du référendum visant à falsifier la volonté du peuple et à installer un régime autoritaire, rend le dialogue national qui se déroule à Dar Dhiafa à Carthage, nul et non avenu ».

« L’intensification de la lutte démocratique pour faire respecter l’Etat de droit et des institutions, est la seule voie de réforme et à même de permettre au pays de sortir du cercle vicieux de l’ignorance et de l’autoritarisme », ajoute l’INDLD.

Le 2 mai au soir, le président de la République avait annoncé la tenue d’un « dialogue national » duquel seront exclues plusieurs formations politiques, dont le parti d’obédience islamique Ennahdha, accusé par Saïed d’être responsable de la crise politico-économique qu’endure la Tunisie.

Quatre organisations ont été conviées à ce dialogue : L’Union générale tunisienne du travail (UGTT), l’Union Tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA – Patronat), la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) et de l’Ordre national des avocats de Tunisie.

Cependant, l’UGTT a refusé de prendre part à ce dialogue sous le format proposé par Saïed, estimant qu’il « n’est pas à même de sortir le pays de sa crise ».

Une première séance du dialogue national – censé sortir le pays de la crise politique – s’est tenue le 4 juin 2022.

La Tunisie souffre, depuis le 25 juillet dernier, d’une crise politique aiguë, lorsque le président Saïed avait imposé des « mesures d’exception », en limogeant le Chef du gouvernement, en suspendant les activités du Parlement avant de le dissoudre le 30 mars 2022, et en légiférant par voie de décrets.

Plusieurs forces politiques et civiles tunisiennes rejettent ces mesures qu’elles considèrent comme étant un « coup d’Etat contre la Constitution », alors que d’autres forces les considèrent comme étant une « restauration du processus de la révolution de 2011 », qui avait fait chuter l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali (1987-2011).

SourceAgences

Dernières infos

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de...

Séisme en Turquie et en Syrie : Le Qatar tient à jouer un rôle pour la reconstruction

Le Croissant-Rouge qatari a indiqué, jeudi, que «l’Etat du...

La Commission européenne interdit à ses employés d’utiliser l’application TikTok

La Commission européenne a demandé à ses employés, ce...

Russie : Crash d’un avion de l’armée dans l’ouest du pays

Un avion du ministère russe de la Défense s'est...

À ne pas rater

La France et les Emirats arabes unis discutent des « défis en Ukraine et en Iran »

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a...

Abou Dhabi et Doha à la tête des villes les plus sûres au monde

Les deux villes du Moyen-Orient, Abou Dhabi et Doha...

L’émir du Qatar participe à un mini-sommet arabe tenu à Abou Dhabi  

Les dirigeants du Conseil coopératif du Golfe (CCG) ont...

Tunisie : des personnalités politiques déférées devant le parquet (Front de salut national)

Le Front de salut national (FSN), une coalition de l’opposition en Tunisie, a indiqué, ce vendredi, que le ministère de l'Intérieur a déféré devant...

Tunisie-Sources : «Une campagne d’interpellations a ciblé un ancien dirigeant d’Ennahdha, un homme d’affaire et un activiste politique»

Des sources ont affirmé que «les forces de l’ordre tunisienne ont mené, samedi, une campagne d’interpellations, ciblant l’ancien dirigeant d’Ennahdha, Abdelhamid Jelassi, l’homme d’affaire...

Alors qu’elles comptaient la livrer à Alger, les autorités tunisiennes relâchent la militante franco-algérienne sous la demande des Français

Paris est intervenue, lundi, pour libérer la militante politique et journaliste franco-algérienne, Amira Bouraoui, qui a été arrêtée en Tunisie et qui risquait d’être...

Kaïs Saïed qualifie l’opposition en Tunisie de «cancer»

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a déclenché une large polémique au pays, après avoir traité l’opposition de «cancer», et estimé qu’un traitement de chimiothérapie...

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici