Le groupe yéménite des Houthis a diffusé des séquences de ce qu’il déclara être «une grande attaque» sur la région de «Najrane» située au sud saoudien, démontrant le ciblage et la destruction de blindés, ainsi que la livraison de soldats.

«Yahia Sarie», le porte-parole militaire du groupe a noté que «l’opération fut lancée le 25 août dernier, après plusieurs mois de surveillance minutieuse, et qu’elle a permis d’attirer l’ennemi vers la plus grande embuscade organisée par le groupe depuis le déclenchement de la guerre».

Il indiqua que «suite à l’opération, les Houthis ont pu libérer 350 km2 où se trouvaient des positions et des camps militaires saoudiens», signalant que trois brigades ont été anéanties dans l’axe de Najrane, et que leurs soldats étaient désormais les prisonniers du groupe.

Les détails de la plus grande opération des Houthis

Lors d’une conférence de presse, Sarie affirma que l’opération «Nasron Mina Allah» (victoire du Dieu) a mené plus de 31 frappes de drones, ciblant des structures ennemies, dont une position sensible à Riyadh, signalant que l’opération a fait tomber plus de 500 soldats saoudiens entre morts et blessés, et a permis la capture d’environ 2000 autres.

Il expliqua que «seulement 72 heures après le lancement de l’opération, l’ennemi a été entièrement encerclé», signalant que la participation des unités spéciales des Houthis a contribué «à la glorieuse victoire».

Sarie a insisté à noter que le groupe a promis de traiter dignement les milliers de prisonniers, et de les protéger des raids de représailles -que la coalition a l’habitude de mener-, et de faire le possible pour éviter que le massacre de Dhamar ne se reproduise.

Par ailleurs, la coalition arabe, en guerre contre les Houthis depuis 2015, n’a toujours pas commenté ces évolutions, un silence traduit par les spécialistes par «un calme qui précède la tempête», car ils sont nombreux à prévoir des raids aériens intensifs au Yémen dans les jours à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here