samedi, octobre 31, 2020

Accord du siècle: Le Qatar et le Koweït, seuls États du Conseil de coopération du Golfe à s’y opposer  

Courrier arabe

Les réactions des pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), vis-à-vis  de l’annonce de l’Accord du siècle ont été divergentes, l’ayant clairement ou timidement approuvé, le Qatar et le Koweït étaient les seuls à s’y être opposés.

Mardi, le président américain «Donald Trump», en compagnie de l’ancien Premier ministre israélien «Benyamin Netanyahou», avaient annoncé l’Accord de paix américain, baptisé «l’Accord du siècle», lors d’une conférence à la Maison Blanche, où les ambassadeurs des Émirats arabes unis (EAU), du Bahreïn et d’Oman étaient présents.

Les Émirats arabes unis estiment que c’est un bon point de départ

Les EAU avaient clairement annoncé leur soutien à l’Accord, non seulement en envoyant l’ambassadeur d’Abu Dhabi à Washington, «Yousef al-Otaiba», pour célébrer son annonce, mais aussi à travers le communiqué, que ce dernier a lancé, sur le site officiel de l’ambassade, déclarant: «Le plan annoncé représente un point de départ vers des négociations, qui se tiendront dans un cadre international, sous l’égide des Nations unies».

Il alla même jusqu’à ajouter: «Ce plan est une sérieuse initiative, qui traite les multiples problèmes rencontrés durant les dernières années».

Il souligna également: «Les EAU gratifient les efforts américains continuels, cherchant à établir un accord de paix israélo-palestinien», et insista sur le fait que le seul chemin vers une paix durable, dans la région, sera que les parties en question, s’accordent entre elles.

Le Bahreïn le soutenait depuis longtemps

Aussi, la présence de l’ambassadeur bahreïni «Khaled al-Khalifa» ne fut pas une surprise, car en juin dernier, Manama avait organisé la conférence de la paix, qu’elle bâti «l’atelier du Bahreïn», promouvant l’aspect économique de l’Accord du siècle. Et bien que le gouvernement palestinien l’ait boycotté, plusieurs hommes d’affaires arabes y avaient participé.

Sans avoir besoin de lancer de communiqué officiel, la position de Manama, approuvant l’Accord du siècle, est clairement explicite aux yeux du monde arabe et international.

Oman avait contribué à son aboutissement

De son côté, le ministère omani des Affaires étrangères n’a toujours pas lancé de commentaires, sauf que la présence de son ambassadrice «Hunaina Sultan Ahmed al-Mughairy» à la cérémonie de son annonce à la Maison Blanche, et les remerciements, que Trump avait envoyé à Mascate pour ses contributions, indiquent clairement le camp omani, et démontrent son approbation à l’Accord.

L’Arabie saoudite.. le soutien entre les lignes

À son tour, le MAE saoudien a diffusé un communiqué, «réaffirmant son soutien aux efforts qui cherchent à établir une solution équitable et durable à l’affaire palestinienne».

Riyad avait valorisé les efforts fournis par l’administration de Trump, qui cherchait à développer un plan de paix entre les Palestiniens et les Israéliens, et avait «encouragé à commencer des négociations directes entre les deux parties».

Ces propos furent interprétés, par plusieurs observateurs, comme étant une approbation indirecte et un soutien implicite au plan de paix américain.

Le Qatar s’attache aux droits des Palestiniens

Le Qatar, lui, a noté lors de son communiqué, publié par «QNA», l’Agence de presse officielle du pays, son estimation aux efforts de Trump, cherchant à résoudre le conflit israélo-palestinien et le conflit arabo-israélien, «du moment qu’ils respectaient la légitimité internationale».

Il affirma que «la paix ne pouvait s’imposer que si les droits des Palestiniens à établir un état, selon les frontières de 1967, étaient préservés», en insistant sur «un état souverain dont la capitale sera Jérusalem de l’est».

Le Koweït refuse de marchander avec Israël 

Contrairement aux autres pays, qui avaient exprimé leurs opinions mardi, le Koweït a attendu mercredi pour commenter l’annonce de Trump.

Il déclara, lors d’un communiqué publié sur son agence de presse, «Kuna», que «le Koweït valorisait les efforts des États-Unis, qui tentent de résoudre une crise, vieille de plus de 70 ans».

Il signala toutefois, que la solution équitable et durable de l’affaire palestinienne ne pouvait se réaliser que si les décisions légitimes décrétées par la communauté internationale étaient respectées, «et en premier lieu, l’instauration d’un état palestinien, indépendant, selon les frontières de 1967, dont la capitale sera Jérusalem de l’est», nota le communiqué.

Notons que la position du Koweït se présente dans un temps où son peuple s’oppose aux projets de la normalisation avec Israël, et refuse que son gouvernement collabore avec les israéliens de près ou de loin.

Rappelons ainsi que ses positions officielles se présentent après que l’annonce de l’Accord avait suscité la colère des Palestiniens et des Arabes, qui se sont exprimé à travers les réseaux sociaux, dénonçant la trahison des frères et «la honte du siècle».

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

MEE parle des crimes commis, en Libye, par les mercenaires de Wagner

Le site britannique, Middle East Eye, a mis la lumière sur les crimes commis par les mercenaires de la compagnie russe Wagner, dans différentes...

Sources : «Rafah sera bientôt ouvert et les fruits des rencontres égypto-palestiniennes seront cueillis»

Des sources égyptiennes privées ont révélé que «le Caire a décidé de rérouvrir le point de passage de Rafah de façon presque permanente, durant...

Qatar : Le gouvernement présente du nouveau concernant le bébé jeté à la poubelle de...

Le bureau chargé de la communication au gouvernement du Qatar, a lancé aujourd’hui vendredi, un nouveau communiqué, au sujet de l’affaire où un groupe...

Le prince héritier saoudien convoqué par un tribunal américain via WhatsApp

Le tribunal de Washington, aux États-Unis, a convoqué le prince héritier de l’Arabie saoudite, Mohamed ben Salmane (MBS), et 9 autres responsables saoudiens, via...

Azerbaïdjan : 91 civils tués par les bombardements arméniens

Les attaques arméniennes contre les territoires azerbaïdjanais ont fait 91 morts et 400 blessés parmi les civils, a fait savoir le parquet général azerbaïdjanais. Dans un communiqué rendu public, vendredi,...