jeudi, octobre 22, 2020

Afghanistan: les USA se préparent à signer un accord avec les talibans le 29 février

L’accord auquel étaient parvenus les États-Unis et les Taliban, avec pour objectif commun de réduction des violences en Afghanistan, sera signé le 29 février, a déclaré le Secrétaire d’État américain, Mike Pompeo.

« Les États-Unis et les Taliban ont engagé des discussions approfondies pour faciliter un règlement politique afin de mettre fin à la guerre en Afghanistan, réduire la présence des États-Unis et des forces alliées, et veiller à ce qu’aucun groupe terroriste n’utilise jamais le sol afghan pour menacer les États-Unis ou nos alliés », a déclaré Pompeo dans un communiqué du Département d’État américain, publié vendredi.

L’accord initial donne aux Taliban sept jours, à partir de vendredi soir, pour mettre totalement fin à toute forme de violence. Si cette condition est remplie, les États-Unis et les Taliban pourront progresser vers un accord permanent et élargi.

Les deux parties sont parvenues à un accord sur la réduction de la violence à l’échelle nationale en Afghanistan après des semaines de négociations à Doha, la capitale qatarie, a noté le chef de la Diplomatie américaine.

« Après une mise en œuvre réussie de cet accord, la signature de l’accord américano-taliban devrait progresser. Nous prévoyons la signature le 29 février », a précisé Pompeo, qui a ajouté que les négociations intra-afghanes « commenceront peu après et s’appuieront sur cette étape fondamentale pour parvenir à un cessez-le-feu global et permanent, et [puis] à la future feuille de route politique pour l’Afghanistan ».

« Le seul moyen de parvenir à une paix durable en Afghanistan est que les Afghans se réunissent et conviennent sur la voie à suivre », a ajouté Pompeo.

L’annonce est intervenue à bord d’un vol vers Oman. Pompeo a ensuite déclaré dans un tweet : « Après des décennies de conflit, nous sommes parvenus à un accord avec les Taliban sur une réduction significative de la violence à travers l’Afghanistan. Il s’agit d’une étape importante sur un long chemin vers la paix, et j’appelle tous les Afghans à saisir cette opportunité. »

Zabihullah Mujahed, le porte-parole des Taliban, a confirmé dans un communiqué qu’après de longues négociations, les parties étaient convenues de la signature d’un accord finalisé, qui sera signé en présence d’observateurs internationaux, le 29 février 2019.

« Les deux parties vont maintenant créer une situation de sécurité appropriée avant la date de signature de l’accord, inviter les hauts représentants de nombreux pays et organisations à participer à la cérémonie de signature, prendre des dispositions pour la libération des prisonniers, tracer la voie des négociations intra-afghanes avec divers partis politiques du pays et enfin jeter les bases pour la paix à travers le pays, avec le retrait de toutes les forces étrangères, et nous n’allons pas permettre à la terre d’Afghanistan d’être utilisée contre la sécurité des autres afin que notre peuple aussi puisse vivre une vie paisible et prospère, dans un système islamique », lit-on dans le communiqué.

Javed Faisel, porte-parole du Conseil de sécurité nationale, a également confirmé que la réduction pour une durée d’une semaine de la violence entrerait en vigueur à partir de vendredi minuit.

Un jour plus tôt, le Président afghan, Ashraf Ghani a rencontré Zalmay Khalilzad, le représentant spécial des États-Unis pour la paix en Afghanistan, à Kaboul, lors de pourparlers sur les détails du projet d’accord de « réduction de la violence ».

Selon le communiqué de la Présidence afghane, Ghani a déclaré à Khalilzad que le succès du processus de paix devrait signifier que tous les segments de la société – y compris les femmes, les enfants et les jeunes qui ont souffert de la guerre – puissent profiter de la paix dans le pays.

La semaine dernière, Ghani a salué « des progrès notables » dans les pourparlers entre les États-Unis et les Taliban.

Sirajuddin Haqqani, chef adjoint des Taliban, avait également confirmé dans un éditorial publié jeudi dans le New York Times que le groupe était sur le point de signer un accord avec les États-Unis, notant également l’importance d’établir un calendrier de retrait des troupes américaines dans le pays.

Les États-Unis comptent plus de 12 000 soldats en Afghanistan pour mener des opérations à l’appui des forces de Ghani, ainsi que pour mener une mission antiterroriste à l’échelle nationale.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Covid-19 : une partie de l’Europe se referme face à la résurgence du virus

L'Europe se referme de plus en plus pour contrer la nouvelle vague de Covid-19, à l'instar de la République tchèque où le gouvernement a annoncé des restrictions aux...

L’Égypte tente de renouer avec l’Arabie saoudite, après un désaccord remontant à la crise du...

Des sources diplomatiques ont signalé que «des communications étaient en cours entre l’Égypte et l’Arabie saoudite, après un long silence radio à l’ombre de...

Un avion israélien atterrit à l’aéroport de la capitale soudanaise

Un site électronique israélien a rapporté, mercredi soir, qu’un avion israélien a atterri à l'aéroport de la capitale soudanaise Khartoum, dans le cadre des...

Le Qatar appelle à intervention internationale concernant la construction des unités coloniales israéliennes en...

Le parlement qatari a appelé, hier mercredi, à «une intervention internationale urgente pour mettre fin à la construction des colonisations israéliennes réalisées sur les...

Voici l’identité de l’espion des Émirats arabes unis arrêté en Turquie  

La télévision officielle turque «TRT» a mentionné, mardi, que le service des renseignements secrets (MIT) avait arrêté un Jordanien d’origine palestinienne accusé d’espionnage au...