Amnesty international a déclaré dans un rapport diffusé à l’occasion de la 71 ème anniversaire de la création de l’État d’Israël, mercredi, que:  » Israël ne respecte pas le droit au retour des réfugiés palestiniens, expulsés de leur terre en 1948″, en indiquant que, depuis lors, ces Palestiniens sont exposés à des souffrances inhumaines.

Amnesty appelle, en même temps, à une solidarité effective envers ces palestiniens, et demande à Israël de respecter leur droit au retour.

De sa part, Widad Asaf, directrice de l’instance des programmes palestiniens dans l’organisation, déclare: « Israël procède à des violations des droits des Palestiniens, en contradiction totale du droit international ».

Elle ajoute qu’Israël décrète des lois dans le but d’interdire de s’exprimer, et tente d’empêcher la parole, et en particulier ne pas évoquer les événements de la « Nakba », et de proclamer cette journée, le 15 mai, jour de deuil.

D’après la même source, plus de 2.1 millions de réfugiés palestiniens, dont 370 mille personnes exilés vivent en Jordanie, dans des camps, et connaissent des conditions de vie pénibles et difficiles.

Elle mentionne encore que 600 mille personnes se trouvent sans nationalité, parmi elles 150 mille Palestiniens qui avaient fuit la Bande de Gaza vers la Jordanie en 1967.

A la fin, Amnesty international a invité les autorités israéliennes à donner le droit de retour à ces Palestiniens déchirés de leur terre. Comme elle lance un appel aux gouvernements libanais et jordanien, à l’aide et la solidarité avec la population palestinienne afin d’alléger leur souffrance, en leur permettant de gagner leur vie dans ces pays, par du travail autorisé, et enlevant les interdictions imposées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here