mercredi, octobre 21, 2020

Arabie saoudite : Préparatifs pour juger les prisonniers Palestiniens et Jordaniens

Courrier arabe

L’Arabie saoudite a annoncé que les procès des Palestiniens et des Jordaniens détenus dans ses prisons, se tiendront dans les jours à suivre.

Des sources ont affirmé aux médias que la nouvelle a soulagé les prisonniers, qui sont enfermés arbitrairement depuis des mois, sans que des charges ne soient attribuées à la plupart d’entre eux.

Des procès tant attendus

Le compte «Môotaqali al-Ra’ay» (les prisonniers d’opinion), célèbre sur Twitter et qui s’intéresse aux affaires des prisonniers d’Arabie saoudite, a noté: «Nous avons pu confirmer que les autorités saoudiennes préparent, durant les jours à suivre, à organiser les procès de 14 des Palestiniens et Jordaniens, détenus actuellement dans la prison de «Dahban»».

Le compte signala que le procureur général saoudien prévoyait de lancer à ces personnes des accusations comme «soutenir la résistance palestinienne» et «contribuer à des actes caritatifs».

Une longue liste de détenus

Lors d’un autre tweet, «Môotaqali al-Ra’ay» a publié les noms des 14 personnes qui seront bientôt jugées, citant «Mohamed al-Khadri», l’ancien responsable des relations entre le mouvement palestinien du «Hamas» et l’Arabie saoudite et son fils «Hani», «dans le cadre d’une campagne d’arrestations, lancée contre les Palestiniens résidents au royaume», selon les déclarations du Hamas.

À ce sujet, l’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’homme avait signalé en septembre dernier que l’Arabie saoudite enfermait arbitrairement 60 Palestiniens.

Il signala que les détenus étaient des académiciens, des hommes d’affaire et des pèlerins, qui furent isolés du monde extérieur et privés de contacter leurs proches ou un avocat.

Plus tard, des ONG humanitaires se sont mobilisées, appelant les autorités saoudiennes à libérer les  prisonniers, détenus depuis avril dernier, sans qu’aucune charge ne leur soit attribuée.

Rappelons que le registre humanitaire de l’Arabie saoudite fait polémique, auprès des militants des droits de l’homme, qui proclament des enquêtes internationales sur les situations dégradantes, et demandent à ce que des sanctions sévères soient imposées «au gouvernement tyran».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Un reportage d’al-Jazeera pousse un haut responsable chypriote à démissionner

À Chypre, le président de la chambre des représentants, Demetris Syllouris, a présenté jeudi sa démission, suite à la publication d’un reportage, sur la...

Libye : Les routes vers al-Jofrah définitivement coupées alors que les 5+5 cherchent une...

En Libye, la chambre opérationnelle de Syrte et d’al-Jofrah a annoncé, aujourd’hui mardi, que «toutes les routes qui mènent à al-Jofrah seraient définitivement coupées»,...

Début de la 2e journée des pourparlers du Comité militaire mixte libyen 5+5 à...

La 2e journée de la quatrième série de pourparlers du Comité militaire mixte libyen 5+5, a débuté, mardi, au siège des Nations unies à Genève. C’est ce qui ressort de la...

Les Emirats arabes unis veulent ouvrir une ambassade en Israël

Les Emirats Arabes Unis ont exprimé, mardi, leur souhait d'ouvrir une ambassade en Israël, dans le but de renforcer les relations diplomatiques entre les...

Des parlementaires européens appellent au boycott du sommet du G20 présidé par l’Arabie saoudite

Des parlementaires européens ont appelé les dirigeants de leurs pays et les responsables de l'Union européenne à ne pas participer au Sommet du G20, qui se tiendra le...