jeudi, octobre 22, 2020

Au risque d’une catastrophe, le réacteur nucléaire émirati inquiète les spécialistes de l’énergie   

Courrier arabe

Un rapport de spécialistes internationaux dans le domaine de l’énergie nucléaire, a mis en garde contre «un risque écologique imminent», concernant l’inauguration du réacteur nucléaire civil aux Emirats arabes unis (EAU), signalant que «le projet fut repoussé à plusieurs reprises pour des raisons sécuritaires».

Les EAU ont annoncé, hier samedi, le lancement du réacteur nucléaire baptisé Baraka, dans la région al-Dafra à Abu Dhabi, indiquant «qu’il s’agissait du premier des 4 prévus par le projet qui vise à élargir les capacités nucléaires et les sources énergétiques du pays».

Des questionnements et des mises en garde

Les spécialistes ont signalé lors d’un article publié par Power Technology, une organisation internationale spécialisée dans les sources de l’énergie, que «plusieurs points étaient inquiétants concernant le projet, notamment ceux liés aux probabilités de fuites, vu les problèmes techniques marqués lors de l’inauguration du réacteur».

«Le site est un autre défit, car le projet se fait dans une région qui n’est pas faite pour des structures sensibles », ajouta les spécialistes, qui expliquèrent que «d’une part, le climat saharien au Golfe n’était pas adapté pour l’énergie nucléaire et que d’une autre la région déstabilisée et constamment menacée».

«Les Houthis avaient attaqué des structures comme Aramco en Arabie saoudite, et ils ont menacé d’attaquer les EAU, suite à leur implication dans la guerre au Yémen», nota le rapport.

KEPCO et les scandales

Dans ce contexte, plusieurs rapports médiatiques ont signalé que «la compagnie sud-coréenne, Korea Electric Power Corporation (KEPCO), chargée de la réalisation du projet, avait été récemment impliquée dans une affaire où ses hauts responsables chargés la sécurité avaient été jugés pour falsification des documents de sécurité qui concernent certaines parties utilisées dans les réacteurs nucléaires».

Sur ce sujet, un professeur à l’Institut de l’énergie de l’université de Londres, Paul Dorfman, indiqua lors d’une rencontre avec al-Jazeera, que «les probabilités d’un accident n’étaient pas négligeables, et si une catastrophe se produisait, les dégâts seraient terribles pour la région».

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Covid-19 : une partie de l’Europe se referme face à la résurgence du virus

L'Europe se referme de plus en plus pour contrer la nouvelle vague de Covid-19, à l'instar de la République tchèque où le gouvernement a annoncé des restrictions aux...

L’Égypte tente de renouer avec l’Arabie saoudite, après un désaccord remontant à la crise du...

Des sources diplomatiques ont signalé que «des communications étaient en cours entre l’Égypte et l’Arabie saoudite, après un long silence radio à l’ombre de...

Un avion israélien atterrit à l’aéroport de la capitale soudanaise

Un site électronique israélien a rapporté, mercredi soir, qu’un avion israélien a atterri à l'aéroport de la capitale soudanaise Khartoum, dans le cadre des...

Le Qatar appelle à intervention internationale concernant la construction des unités coloniales israéliennes en...

Le parlement qatari a appelé, hier mercredi, à «une intervention internationale urgente pour mettre fin à la construction des colonisations israéliennes réalisées sur les...

Voici l’identité de l’espion des Émirats arabes unis arrêté en Turquie  

La télévision officielle turque «TRT» a mentionné, mardi, que le service des renseignements secrets (MIT) avait arrêté un Jordanien d’origine palestinienne accusé d’espionnage au...