jeudi, novembre 26, 2020

BBC : «Des citoyens ouïghours déportés de force depuis l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et l’Égypte»

Courrier arabe

La chaîne britannique, BBC, a diffusé un reportage indiquant que «les autorités d’Arabie saoudite, des Emirats arabes unis (EAU) et de l’Égypte avaient déporté de force des citoyens ouïghours qui se trouvaient sur leurs territoires».

Le reportage commença par un témoignage présenté par la femme de l’un des citoyens ouïghours expulsé d’Arabie saoudite.

La dame raconta comment «elle, son mari et sa famille ont fui la répression que les autorités chinoises infligeaient à la minorité musulmane au Turkestan», et nota qu’«en 2018, son mari, Osman, voulait faire un pèlerinage religieux en Arabie saoudite».

«Deux jours avant son retour, il découvre qu’il est poursuivi par la police saoudienne. Il se fait interpellé et expulsé vers la Chine», avait-elle raconté, en précisant : «15 jours après son arrestation, il avait contacté sa sœur lui disant : «Il est possible qu’on me transfère quelque part», puis on a su qu’il a été envoyé en Chine».

«Notre enfant est aujourd’hui privé de son père. Nous sommes abandonnés et nous sommes livrés à notre sort, dans un temps où nous avons le plus besoin de lui», avait-elle ajouté en sanglots.

La BBC affirme que «les autorités saoudiennes n’avaient pas annoncé la déportation d’Osman» et signale «avoir découvert plusieurs cas de personnes oppressées et ciblées par les autorités, en Arabie saoudite, en Égypte et aux EAU, et dans d’autres pays».

«Nous avons entendu les histoires d’étudiants et de pèlerins interpellés et reportés de force», nota le reportage, en indiquant que «l’un des Ouïghours affirma que 67 de ses compatriotes furent interpellés en Arabie saoudite, et 762 autres en Égypte».

Le silence des pays musulmans

Le reportage rappela que «le journal britannique, The Observer, avait publié un rapport se demandant les raisons qui poussent des pays musulmans à garder le silence face aux violations que les Ouïghours subissent en Chine».

«The Observer signala que des pays comme le Pakistan, l’Arabie saoudite, l’Égypte, les EAU et l’Algérie avaient bloqué, en 2019, une décision des Nations unies, qui demanda à la Chine de permettre à des enquêteurs internationaux d’entrer à Xinjiang où vivent les Ouighours», avait souligné le reportage.

Il indiqua aussi : «Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Fayçal ben Farhane, avait déclaré, le 7 juillet dernier, que son pays soutenait l’union des terres chinoises, ignorant à l’époque, les violations de Pékin à l’encontre de la minorité musulmane des Ouïghours», en signalant «selon les médias chinois que le prince héritier saoudien, Mohamed ben Salmane, avait affirmé, l’année dernière, que son royaume soutenait la Chine et son droit à entreprendre des mesures pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Lancement du premier vol commercial direct de la compagnie émiratie Flydubai vers Israël

La compagnie aérienne Flydubai a lancé les premiers vols directs vers l'aéroport international Ben Gourion près de Tel Aviv, en provenance de Dubaï, deux mois après la...

Somalie : 7 membres d’une même familles tués dans une attaque d’Al Shabab

Sept membres d'une même famille ont été tuées suite à une attaque perpétrée par le mouvement somalien Al-Shabab, à Wajed, au sud-ouest du pays. S'exprimant aux...

Tunisie : le président appelle à appliquer la loi contre ceux qui veulent bloquer...

Le président tunisien, Kaïs Saïed, a exhorté, mercredi, le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, à appliquer la loi à l’encontre de ceux qui bloquent...

Ben Salmane criblé de critiques à l’ombre de la visite secrète de Netanyahou en...

Les informations diffusées au sujet la visite secrète entreprise par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, en Arabie saoudite, a poussé des activistes dénonçant...

Le Qatar attaque en justice la First Abu Dhabi Bank

L'Autorité de régulation du Centre financier du Qatar a annoncé, mardi, dans un communiqué officiel, sa décision d'attaquer en justice la First Abu Dhabi...