samedi, mai 28, 2022

La forte demande pousse le Qatar à augmenter sa production de gaz à 64%

Le ministre de l’Energie du Qatar, Saad Charida al-Kaabi, a signalé...

La Russie suspend l’approvisionnement de la Finlande en électricité

La plus grande compagnie d'électricité de Russie, Inter Rao,...

Diplomate tunisien : « Une visite prévue du Président Kaïs Saïed en Russie »

Une source diplomatique tunisienne a révélé que des efforts...

L’Allemagne et l’Autriche se disent prêtes à payer le gaz russe en roubles

L'Allemagne et l'Autriche se sont dites prêtes à payer...

L’Allemagne serait sur le point de fournir des chars antiaériens à l’Ukraine

Les médias allemands ont rapporté, ce mardi, que Berlin...

«Benghazi, la ville la plus dangereuse en Libye», signale un rapport humanitaire

Courrier arabe

L’Organisation humanitaire «Human Rights Solidarity» a déclaré que «Benghazi, était la ville libyenne la plus dangereuse au pays», indiquant qu’«elle avait marqué le nombre de victimes le plus élevé, en 2020».

L’ONG indiqua lors d’un rapport publié, samedi 27 mars, sur son site officiel, que «durant l’année 2020, Benghazi avait compté 370 victimes, soit 20% du total signalé sur le territoire libyen».

Le rapport avait marqué : «Tripoli, la capitale du pays en deuxième position, avec 299 victimes, soit 16% du total, puis Tarhounah en troisième position, avec 176 victimes, soit 10% du total».

L’ONG souligna que «96% des victimes étaient des civils, et que les 4% restant étaient des militaires et des officiers des forces de l’ordre».

Elle a aussi précisé que les cas des victimes signalé étaient réparties comme suit : «52% victimes d’interpellation, puis 23% victimes de meurtre (explosions, attaques terroristes, et assassinat extrajudiciaire), et 18% victimes d’enlèvement».

Rappelons que Benghazi, a été la scène de plusieurs meurtres commis en plein jours, dont celui de l’activiste Hanan al-Barassi en fut l’un des plus indignés par la communauté international.

En 2021, la plus grande ville de l’est, contrôlé par Khalifa Haftar, ne semble pas prête de se calmer, notamment après le meurtre de Mahmoud al-Warfali, le 24 mars dernier, «qui semble être l’étincelle d’une nouvelle série de violence», selon les observateurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos