mercredi, octobre 28, 2020

Corée Du Nord : un tir de missile depuis un sous-marin

C’est un coup de semonce de la part de la Corée du Nord. Le régime qui a l’habitude de réaliser des manœuvres militaires avant les pourparlers diplomatiques a récidivé ce mercredi. Alors que des discussions de travail ont été annoncées pour samedi sur le nucléaire avec Washington, Pyongyang a procédé au test d’un « nouveau type » de missile balistique tiré à partir d’un sous-marin, a rapporté jeudi l’agence officielle de presse nord-coréenne KCNA. Elle a identifié ce missile comme étant un Pukguksong 3, c’est-à-dire un missile mer-sol balistique (SLBM), comme le présumait l’état-major sud-coréen.

Le leader nord-coréen Kim Jong-un a adressé ses « chaleureuses félicitations » aux unités de recherche impliquées dans ce tir, qui n’a eu « aucun impact néfaste sur la sécurité des pays voisins », selon KCNA. Selon Tokyo, une partie du missile est tombée dans la zone économique exclusive (ZEE) du Japon, un espace maritime situé entre les eaux territoriales et internationales.

Réaction immédiate des États-Unis

Les États-Unis ont réagi en appelant la Corée du Nord, par la voix d’un porte-parole du département d’État, à « s’abstenir de commettre des provocations » et à « rester engagée dans des négociations substantielles et soutenues » visant à apporter la stabilité et la dénucléarisation à la péninsule. « De tels actes (…) n’aident pas à apaiser les tensions dans la péninsule coréenne et nous exhortons une nouvelle fois (Pyongyang) à y mettre fin immédiatement », a de son côté indiqué l’armée sud-coréenne.

Le Pukguksong est un SLBM dont le premier essai réussi remonte au 24 août 2016. Il avait volé sur 500 km en direction du Japon, ce qui avait conduit le leader nord-coréen Kim Jong-un à affirmer que le territoire continental américain était désormais à portée d’un sous-marin croisant dans le Pacifique. En juillet, les médias officiels nord-coréens avaient à cet égard diffusé des photos montrant Kim Jong-un en train d’inspecter un nouveau sous-marin. Le tir d’un missile mer-sol balistique par la Corée du Nord prouverait que Pyongyang a franchi un nouveau cap et serait désormais en capacité de frapper au-delà de la péninsule coréenne.

Selon des experts, il s’agit d’un missile de portée intermédiaire pouvant parcourir environ 2 000 km. Vipin Narang, un professeur associé au Massachusetts Institute of Technology (MIT), a qualifié l’engin tiré mercredi de « système d’armes nucléaires explicite », contrairement à la série de projectiles nord-coréens précédemment envoyés. Les États-Unis ont déclaré surveiller la situation dans la péninsule coréenne.

Pousser Washington à renoncer 

Ces tirs interviennent au lendemain de l’annonce par Pyongyang de discussions de travail samedi sur le nucléaire avec Washington, qui devraient relancer le processus diplomatique huit mois après l’échec du sommet de Hanoï. Les deux parties ont accepté d’avoir des « contacts préliminaires » le 4 octobre et des discussions de travail le lendemain, a annoncé mardi la vice-ministre nord-coréenne des Affaires étrangères Choe Son-hui, sans préciser le lieu des discussions.

Quelques heures plus tard, la porte-parole du département d’État américain Morgan Ortagus a confirmé qu’il y aurait des discussions « au cours de la semaine qui vient », sans donner plus de détails. « Il semble que la Corée du Nord veuille affirmer sa position avant même le début des pourparlers », a déclaré mercredi Harry Kazianis, du groupe de réflexion néoconservatrice américain Center for the National Interest. « Pyongyang semble vouloir pousser Washington à renoncer à ses revendications de dénucléarisation totale en échange d’une levée partielle des sanctions. »

Les négociations sur le nucléaire nord-coréen sont au point mort depuis le fiasco du deuxième sommet entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, en février à Hanoï. Les deux hommes s’étaient de nouveau rencontrés en juin à la frontière dans la zone démilitarisée (DMZ), qui sépare les deux États depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953).

Multiplication des provocations

Cette brève entrevue avait débouché sur la décision de relancer les discussions sur le programme nucléaire de Pyongyang, un peu plus d’un an après le premier sommet Trump-Kim à Singapour. Cependant, ces négociations n’ont toujours pas repris, le Nord ayant notamment été échaudé par le refus américain d’annuler des manœuvres militaires communes avec Séoul cet été.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, dont le pays est le principal allié de Pyongyang, a appelé Washington à alléger sa pression sur la Corée du Nord. Pyongyang « a pris une série de mesures positives », les États-Unis « doivent faire la moitié du chemin et répondre de manière positive », a-t-il déclaré à des journalistes. Quant à la France, elle a jugé mercredi que le nouveau tir de la Corée du Nord compromettait toute « négociation sérieuse » avec ce pays sur son programme nucléaire. Pyongyang multiplie depuis juillet les tirs de missiles de courte portée, qualifiés de « provocations » par des responsables américains, même si Donald Trump s’est montré nettement plus conciliant.

SourceLe Point

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Libye : Détails de l’accord signé entre le Qatar et le gouvernement d’union nationale (GNA)

L’accord sécuritaire signé entre le Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) et le Qatar s’est intéressé à plusieurs domaines, notamment ceux liés à la lutte...

France: le nombre de décès dus à la Covid-19 a doublé en 24h

Alors que lundi la France avait déjà enregistré le nombre de décès journalier le plus élevé depuis avril -258 morts-, ce mardi il a...

L’Iran renforce sa défense aérienne à la frontière avec l’Azerbaïdjan et l’Arménie

L'armée iranienne a annoncé mardi le renforcement des unités des Forces aériennes dans le nord-ouest du pays, suite à l'escalade des tensions dans la région du Haut-Karabakh, en Azerbaïdjan. Selon le commandant général de la défense...

Accord de normalisation : Des négociations entre Israël et 5 pays arabes à l’issue...

Le ministre israélien des Renseignements, Eli Cohen, a déclaré que des négociations entre Tel Aviv et 5 pays arabes seront intensifiées en vue de normaliser les relations. C'est ce qui...

Le Qatar et le gouvernement libyen signent un accord sécuritaire, dénoncé par les milices...

Le Qatar et le Gouvernement d’union nationale libyen (GNA) ont signé lundi, un accord sécuritaire, au moment où les milices de Khalifa Haftar dénoncent «des...