mercredi, octobre 21, 2020

Coronavirus: Confinement total de la population sud africaine

Le message des autorités est clair : « Restez chez vous ». Bars, restaurants, plages, parcs, églises sont fermés. Aucun véhicule ne doit circuler, alors que l’Afrique du Sud a annoncé ce vendredi matin ses deux premiers morts. Seuls les gens travaillant dans des secteurs vitaux sont autorisés à sortir de chez eux : hôpitaux, pharmacie, supermarchés, magasins d’alimentation. Les personnes travaillant dans les secteurs de l’eau et de l’électricité peuvent également se rendre au travail. Les mines de charbon, par exemple, restent opérationnelles pour faire tourner les centrales thermiques.

« Il n’est pas question d’être dehors, sur la route, de se déplacer, a prévenu le ministre de la Police Mbeki Cele. J’ai entendu certaines personnes parler d’aller promener son chien, il n’est pas question de promener son chien ! Si vraiment c’est indispensable, cela doit se faire autour de votre maison. »

Le confinement, un défi sanitaire…

La police, soutenue par l’armée, a été déployée dans les rues pour imposer ce confinement qui risque d’être difficile à faire respecter. D’un point de vue sanitaire tout d’abord, il est presque impossible de parler de confinement dans les townships du pays, des bidonvilles issus du régime de l’apartheid, et où vivent encore 20% de la population.

Dans le plus connu d’entre eux, à Soweto, des centaines de milliers de Sud-Africains vivent dans des habitats informels en tôle, souvent entassés à plusieurs. Les infrastructures y sont quasiment inexistantes. Ici ou là, des dizaines de personnes se partagent des toilettes collectives.

… et économique

Le confinement est aussi un défi économique pour beaucoup. 55% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Rester chez soi est synonyme de perte de revenus pendant trois semaines, un drame pour beaucoup de familles qui finissent déjà à peine les fins de mois en temps normal, et qui pourraient être tentées de contourner les mesures du gouvernement.

Un plan national va être mis en place pour soutenir les petites entreprises et les salariés qui seront au chômage technique. Un fond de solidarité a également été créé.

Le ministre de la Police a mis la population en garde : ceux qui sortiront sans autorisation seront verbalisés ou mis en prison pour une durée de six mois. Reste à savoir si le gouvernement est capable de s’assurer du respect du confinement. Car l’armée sud-africaine a montré ses limites par le passé, comme dans les townships du Cap, où elle a récemment été déployée pendant sept mois, sans pouvoir empêcher la mainmise des gangs sur les quartiers.

SourceRFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Un reportage d’al-Jazeera pousse un haut responsable chypriote à démissionner

À Chypre, le président de la chambre des représentants, Demetris Syllouris, a présenté jeudi sa démission, suite à la publication d’un reportage, sur la...

Libye : Les routes vers al-Jofrah définitivement coupées alors que les 5+5 cherchent une...

En Libye, la chambre opérationnelle de Syrte et d’al-Jofrah a annoncé, aujourd’hui mardi, que «toutes les routes qui mènent à al-Jofrah seraient définitivement coupées»,...

Début de la 2e journée des pourparlers du Comité militaire mixte libyen 5+5 à...

La 2e journée de la quatrième série de pourparlers du Comité militaire mixte libyen 5+5, a débuté, mardi, au siège des Nations unies à Genève. C’est ce qui ressort de la...

Les Emirats arabes unis veulent ouvrir une ambassade en Israël

Les Emirats Arabes Unis ont exprimé, mardi, leur souhait d'ouvrir une ambassade en Israël, dans le but de renforcer les relations diplomatiques entre les...

Des parlementaires européens appellent au boycott du sommet du G20 présidé par l’Arabie saoudite

Des parlementaires européens ont appelé les dirigeants de leurs pays et les responsables de l'Union européenne à ne pas participer au Sommet du G20, qui se tiendra le...