Dans un article intitulé « Un rapport secret qui révèle l’ampleur du déficit de l’Arabie saoudite au Yémen et l’étendue et sa dépendance en armes américaines », le magazine américain d’investigation « The Intercept » a publié des documents confidentiels des services de renseignement français, obtenus par la société française spécialisée dans l’investigation « Disclose ».

Le magazine révèle que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui mènent une guerre désastreuse au Yémen, dépendent en grande partie des systèmes d’armes occidentaux, et  affirme que les forces saoudiennes avaient souffert d’un grand déficit et fait part d’un manque d’efficacité lors de l’exécution des opérations sur terrain, en évoquant les 24 raids effectués et lors desquels les forces saoudiennes avaient échoué à atteindre leurs cibles.

Cependant The Intercept avait mentionné que les informations au sujet des systèmes d’armes saoudiens et émiratis n’étaient qu’une petite partie des révélations du rapport.

Le magazine, en se basant sur le document de 15 pages, a révélé que les nombreux systèmes d’armes utilisés par la coalition arabe « ne fonctionnent qu’avec les munitions, les pièces de recharge et les systèmes de communication fabriqués par les pays du NATO », expliquant qu’il était impossible de changer les missiles que portent les chasseurs américains par des missiles russes ou chinois, une situation qui reflète la dépendance militaire totale de l’Arabie saoudite pour les États-Unis.

Autrement dit, pour pouvoir utiliser les armes russes et chinoises, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis devraient changé la majeure partie de leur arsenal militaire.

The Intercept a déclaré que le contenu des documents contredit les déclarations du président américain, Donald Trump, qui avait affirmé que la coalition arabe se tournera vers la Russie et la Chine pour obtenir le matériel de guerre nécessaire, « Aussitôt, qu’il annulera les ventes d’armes et se pliera aux pressions du congrès -dans le contexte de la guerre au Yémen et de l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi- »

Depuis que Riyadh est intervenue en mars 2015 pour soutenir le gouvernement yéménite et malgré les opérations militaires à laquelle elle a consacré de grands moyens, les capacités stratégiques des Houthis sont toujours considérables et le groupe refuse d’arrêter les combats.

Le conflit a fait près de 10.000 morts et a mis 14 millions de Yéménites au bord de la famine dans ce que les Nations Unies qualifient de « pire crise humanitaire dans le monde ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here