vendredi, octobre 23, 2020

Des États occidentaux critiquent la situation des droits de l’Homme en Arabie saoudite

Courrier arabe

24 États en majorité européens ont exprimé leur inquiétude, lundi, vis-à-vis des rapports évoquant les tortures, les détentions illégales et les procès inéquitables des activistes dont des femmes et des journalistes en Arabie saoudite.

Il s’agit de la deuxième déclaration commune présentée devant le Conseil des droits de l’homme lié aux Nations Unies à Genève en l’espace de six mois après la première réprimande de l’Arabie saoudite au Conseil en Mars dernier.

La déclaration a invité instamment l’Arabie saoudite à révéler la vérité sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi commis à l’intérieur du consulat de son pays à Istanbul en octobre 2018, et à garantir que les auteurs de ce crime aient à en répondre. Parmi les signataires du communiqué figurent 15 pays de l’Union Européenne tels que la Grande-Bretagne et l’Allemagne, en plus de Canada, Nouvelle-Zélande et Pérou.

Il n’y a pas eu de réponse immédiate de la part de la délégation saoudienne car leur siège était vide étant donné que l’ambassadeur saoudien a quitté la salle une heure avant pour organiser une réception à l’occasion de la fête nationale de son pays. En général, le royaume nie les accusations de tortures ou de détentions illégales.

La déclaration a reconnu l’existence de réformes en Arabie saoudite, comme la levée des restrictions sur le droit des femmes de voyager sans l’un de ses proches masculins annoncée le mois passé. Toutefois, ajoute la déclaration, de graves préoccupations persistent, les représentants de la société civile dans le royaume continuent d’être intimidés et persécutés.

L’Ambassadrice et Représentante permanente de l’Australie auprès des Nations Unies, Sally Mansfield, qui a lu la déclaration a poursuivi: « Nous sommes préoccupés par les informations faisant état d’actes de torture, de disparitions forcées et de détentions arbitraires menés contre les militants des droits de l’Homme ainsi que leurs familles et leurs collègues ».

Auparavant, l’enquêtrice spéciale des Nations Unis Agnès Callamard avait affirmé l’existence de preuves crédibles sur l’implication du prince héritier Mohammed Ben Salmane et de grands responsables saoudiens dans le meurtre de Khashoggi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Covid-19 : une partie de l’Europe se referme face à la résurgence du virus

L'Europe se referme de plus en plus pour contrer la nouvelle vague de Covid-19, à l'instar de la République tchèque où le gouvernement a annoncé des restrictions aux...

L’Égypte tente de renouer avec l’Arabie saoudite, après un désaccord remontant à la crise du...

Des sources diplomatiques ont signalé que «des communications étaient en cours entre l’Égypte et l’Arabie saoudite, après un long silence radio à l’ombre de...

Un avion israélien atterrit à l’aéroport de la capitale soudanaise

Un site électronique israélien a rapporté, mercredi soir, qu’un avion israélien a atterri à l'aéroport de la capitale soudanaise Khartoum, dans le cadre des...

Le Qatar appelle à intervention internationale concernant la construction des unités coloniales israéliennes en...

Le parlement qatari a appelé, hier mercredi, à «une intervention internationale urgente pour mettre fin à la construction des colonisations israéliennes réalisées sur les...

Voici l’identité de l’espion des Émirats arabes unis arrêté en Turquie  

La télévision officielle turque «TRT» a mentionné, mardi, que le service des renseignements secrets (MIT) avait arrêté un Jordanien d’origine palestinienne accusé d’espionnage au...