Des roquettes tirées depuis Gaza, l’armée israélienne réplique

Deux roquettes ont été tirées jeudi de la bande de Gaza vers la région de Tel Aviv, selon l’armée israélienne qui a répliqué vendredi matin par des frappes militaires. Le mouvement islamiste Hamas dément toute responsabilité.

Israël a répliqué, tôt vendredi 15 mars, à des tirs de roquettes lancées la veille depuis la bande de Gaza vers la région de Tel Aviv. « L’armée israélienne est actuellement en train de prendre pour cible des sites terroristes dans la bande de Gaza », a affirmé l’armée israélienne dans un message publié sur les réseaux sociaux.

Plusieurs positions des branches armées du Hamas, qui dirige la bande de Gaza, et du Jihad islamique, son allié, ont été touchées à travers le territoire, a précisé à l’AFP une source dans les milieux sécuritaires gazaouis. Les frappes ont causé des dégâts significatifs, mais aucun mort ni blessé n’a été rapporté dans un premier temps, a-t-elle ajouté.

Des explosions ont été entendues dans la bande de Gaza aux premières heures de la journée de vendredi, ont confirmé des témoins et un journaliste de Reuters, selon lesquels des avions israéliens ont mené un raid contre deux positions du Hamas.

Le Hamas dément

Le Hamas a démenti toute responsabilité dans l’incident de jeudi, alors qu’il était engagé dans des discussions en Égypte sur la possibilité d’un cessez-le-feu de longue durée avec Israël. Le Jihad islamique et les Comités de résistance populaire, deux autres groupes armés de l’enclave palestinienne, ont également démenti toute responsabilité.

« C’est extrêmement rare de voir une roquette tirée vers Tel Aviv, note Antoine Mariotti, correspondant de France 24 en Israël. C’est symboliquement très important et cela n’avait pas été le cas depuis la guerre de 2014. » « De nombreux Israéliens se sont mis à l’abri, mais il n’y aurait pas de blessé si ce n’est une personne qui aurait fait une crise de panique et qui aurait été admise à l’hôpital », ajoute le journaliste. Des sirènes ont retenti en soirée jeudi à Tel-Aviv et dans les localités voisines. La circulation routière a repris sur la principale avenue de la capitale commerciale israélienne une quarantaine de minutes après l’alerte.

Le ministère des Affaires étrangères a posté une vidéo, montrant selon lui le système de défense anti-missiles israélien « Dôme de fer » détruisant l’une des roquettes « au-dessus de la région de Tel Aviv ». La télévision israélienne a montré les images de deux missiles intercepteurs israéliens dans le ciel de Tel Aviv, mais aucune roquette n’a été détruite, a contredit un porte-parole militaire.

L’une des roquettes « est apparemment tombée dans la mer, l’autre s’est écrasée quelque part, mais pas à Tel-Aviv », a déclaré le maire de cette ville côtière, Ron Huldai, à une chaîne de télévision publique. Une autre roquette a été tirée après le début des frappes israéliennes, mais elle a fait long feu et semble être retombée dans la bande de Gaza, a dit l’armée de l’État hébreu.

Le Hamas est « responsable », selon Tsahal

L’agglomération de Tel-Aviv se trouve à 70 km au nord de la bande côtière palestinienne contrôlée par le mouvement islamiste Hamas. Des groupes armés palestiniens ciblent généralement des localités du sud d’Israël, proches de la frontière avec l’enclave palestinienne.

« Nous sommes encore en train de vérifier quel groupe est à l’origine de ces tirs. Nous ne savons pas qui a tiré », a déclaré le général Ronen Manelis à la radio publique israélienne. « Le Hamas est la principale organisation dans la bande de Gaza. Il est responsable de ce qui se produit dans le territoire », a-t-il ajouté.

Ces incidents surviennent dans une période sensible, où le cessez-le-feu observé de part et d’autre demeure fragile, et où Israël est en pleine campagne électorale en vue des législatives, le 9 avril prochain, lors desquelles le Premier ministre Benjamin Netanyahou compte sur son bilan en matière de sécurité pour obtenir un nouveau mandat.

« Le moment est venu de venir à bout du Hamas une bonne fois pour toutes », a déclaré l’un des concurrents de Benjamin Netanyahou, le ministre de l’Éducation Naftali Bennett. Il a réclamé un plan détaillé de la part du Premier ministre à cette fin.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here