Des tweeteurs saoudiens ont lancé jeudi une attaque violente sans précédent contre le gouvernement émirati, après que ses forces aient bombardé les positions de l’armée nationale du président Abd Rabbo Mansour Hadi.

A ce sujet, les twittos ont demandé au gouvernement saoudien de procéder à des mesures strictes sur la participation des Emirats Arabes Unis (EAU) à la coalition arabe au Yémen, d’autant plus qu’Abou Dhabi joue officiellement dans l’autre camp, exigeant la division du Yémen.

« Il était très nécessaire de rompre l’alliance avec les EAU et de ne plus rester les bras croisés face à leurs abus contre le royaume et les dirigeants yéménites », ont-ils ajouté.

Selon le ministère de la Défense yéménite, les EAU ont reconnu avoir mené des frappes aériennes contre les forces gouvernementales à Aden et à Zanzibar, faisant 300 morts et blessés.

Le ministère des Affaires étrangères des EAU a déclaré dans un communiqué officiel que « le bombardement était basé sur des informations de terrain affirmant qu’il y avait des éléments de la coalition ciblés. Il était donc venu épargner toute menace militaire aux troupes, et que les frappes avaient été menées de manière ciblée », soulignant que ce qu’il a appelé des « organisations terroristes » avaient augmenté la fréquence des attaques contre les forces de la coalition et les civils.

Le gouvernement yéménite, internationalement reconnu, a appelé jeudi à ce que les EAU soient expulsés de l’alliance militaire dirigée par l’Arabie saoudite et à rompre les relations diplomatiques avec eux.

Cela est intervenu après que le ministère yéménite des Affaires étrangères ait annoncé qu’il avait officiellement sollicité le Conseil de sécurité des Nations Unies de tenir une session sur les bombardements « flagrants » perpétrés par le pilonnage émirati contre les forces armées à Zanzibar et à Aden, dans le sud du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here