vendredi, octobre 23, 2020

France : des milliers de manifestants dénoncent les suppressions d’emplois liées au Covid-19

Une partie des syndicats appelaient à manifester ce jeudi en France pour une rentrée marquée par la crise sanitaire et ses conséquences sur l’emploi. Des cortèges se sont réunis à Paris, Nantes, Rennes, Bordeaux ou Marseille.

Masqués, mais pas silencieux pour autant. Une partie des syndicats ont fait du bruit ce jeudi pour leur rentrée, avec des cortèges sous escorte policière un peu partout en France, comme à Paris, Nantes, Rennes, Bordeaux, ou comme à Marseille.

Dans la capitale, ils étaient environ 10 000, soit plus que la limite des 5 000 personnes autorisées. Alors que les plans sociaux et restructurations se multiplient, les manifestants se mobilisent contre les suppressions d’emplois.

« La crise sanitaire a bon dos »

De l’enseigne d’ameublement Alinéa en passant par Nokia, ou encore Auchan, près de 400 plans de sauvegarde de l’emploi ont été recensés depuis le mois de mars, soit une hausse de 60% par rapport à l’année précédente. Mais pour le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, présent dans le cortège, « la crise sanitaire a bon dos« .

« A Auchan, ils n’ont pas arrêté de travailler pendant le confinement, et là ils virent 1 500 personnes. Sur la question des salaires, vous avez vu comme nous ceux qui continuaient à travailler pendant le confinement. Monsieur Macron a même dit : « il faut qu’ils soient reconnus au niveau salaire ». Est-ce que le salaire des aides à domicile a augmenté depuis le mois de février? Non« , a souligné le leader syndical.

En plus des hausses de salaire, la CGT réclame aussi l’abandon « définitif » des réformes des retraites et de l’assurance chômage. La centrale syndicale demande aussi que la réduction du temps de travail liée à la crise se fasse « sans perte de salaire ».

L’interdiction de rassemblement de plus de 5 000 personnes reste en vigueur pour éviter la propagation du virus mais les autorités ont jusqu’à présent fermé les yeux sur les dépassements. Des préavis de grève avaient été déposés à la SNCF et RATP mais le trafic est resté globalement normal.

Une mobilisation plus faible qu’à l’accoutumée, sans doute à cause de la crise sanitaire et des restrictions, analyse Benoît Teste, secrétaire général du syndicat FSU : « Tout le monde a un peu la tête dans le guidon aujourd’hui, le nez dans les préoccupations locales et c’est bien normal. Les gens nous disent : on comprend vos revendications, on les partage, mais la grève, la manifestation, pour nous, en ce moment, c’est trop compliqué parce qu’effectivement on en a jusque-là de la situation sanitaire« .

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

L’armée azerbaïdjanaise annonce la neutralisation de 4 drones arméniens

L'armée azerbaïdjanaise a annoncé la neutralisation de quatre drones arméniens lors des affrontements entre les deux camps dans la région du Haut-Karabagh. Dans un communiqué rendu public, vendredi, le...

Human Rights Watch : 49 exécutions en 10 jours en Egypte

L’Organisation de défense des droits de l’Homme « Human Rights Watch » a annoncé l’exécution, en 10 jours, de 49 personnes dont deux femmes, par les autorités...

Covid-19/ France : plus de 41mille nouveaux cas, un record, et 165 décès en...

La situation sanitaire continue de se dégrader fortement en France. Alors que le gouvernement vient d'annoncer de nouvelles mesures pour endiguer la progression de l'épidémie de Covid-19,...

Syrie : Le Mufti de Damas tué dans l’explosion d’une bombe placée dans sa...

Le mufti de la province de Damas, Adnane al-Afyouni, a été tué, jeudi, dans l'explosion d'une bombe placée à bord de sa voiture, dans...

Covid-19 : une partie de l’Europe se referme face à la résurgence du virus

L'Europe se referme de plus en plus pour contrer la nouvelle vague de Covid-19, à l'instar de la République tchèque où le gouvernement a annoncé des restrictions aux...