Plusieurs syndicats de journalistes opposés à la visite du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Paris, ont dénoncé «une visite choquante», dans un communiqué diffusé lundi sur les réseaux sociaux.

Le chef du gouvernement israélien arrive mardi à Paris, dans le cadre d’une tournée européenne qui le conduit aussi en Allemagne et au Royaume-Uni.

«La réception par Emmanuel Macron, le 5 juin, du chef du gouvernement israélien est insupportable à plus d’un titre», ont indiqué, dans un communiqué commun, le Syndicat National des Journalistes (SNJ), le SNJ-CGT et également la CFDT-Journalistes.

Ils dénoncent le fait que cette visite intervient «alors que ces dernières semaines, la répression à Gaza contre la population civile (…) a fait plus de 100 morts» parmi lesquels «des enfants, des jeunes et des secouristes».

La venue en France de Netanyahu «n’intervient-elle pas au moment où lors de manifestations, les tireurs d’élite de l’armée visent délibérément les journalistes palestiniens pourtant reconnaissables à leur gilet PRESSE ?» s’interrogent les signataires.

Ils indiquent, par ailleurs, que «les syndicats français de journalistes SNJ, SNJ-CGT et CFDT-journalistes ont saisi l’ambassade d’Israel en France après l’assassinat de deux journalistes à Gaza et où 13 d’entre eux ont été blessés dans une seconde opération des snipers».

«Puisque M. Macron n’a pas jugé bon d’annuler la réception de Benjamin Netanyahu, nous attendons de lui qu’il demande des comptes au premier ministre israélien», poursuit le communiqué.

Le communiqué dénonce aussi une «visite choquante» et « appelle la France à exiger d’Israel que les responsables des tirs à balles explosives contre nos confrères palestiniens et l’ensemble des civils gazaouis soient recherchés et poursuivis».

Pour rappel, selon les chiffres du ministère palestinien de la Santé dans la Bande de Gaza, le nombre des martyrs tombés sous les tirs de l’armée israélienne depuis le début de la Marche du Grand retour, le 30 mars dernier, s’est alourdi à 123 martyrs et plus de 13000 blessés.

Plus d’une soixantaine des victimes ont été exécutées dans la seule journée du 14 mai, alors qu’ils protestaient pacifiquement contre l’inauguration le jour-même de l’ambassade américaine à Jérusalem.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here