dimanche, décembre 4, 2022

France: le conseil d’État rappelle l’interdiction générale des manifestations

L’interdiction générale de manifester en France en raison du contexte sanitaire, est suspendue par la justice, a annoncé samedi le Conseil d’État, dans un communiqué.

« Les rassemblements, réunions ou activités réunissant plus de dix personnes dans l’espace public » avaient été interdits par « l’article 3 du décret du 31 mai 2020 », rappelle l’institution.

Saisi notamment par la LDH (Ligue des Droits de l’Homme), le Conseil d’État, « suspend l’exécution de l’article 3 du décret du 31 mai 2020, pour les manifestations sur la voie publique soumises à l’obligation d’une déclaration préalable ».

L’interdiction générale de manifester en France en raison du contexte sanitaire, est suspendue par la justice, a annoncé samedi le Conseil d’État, dans un communiqué.

« Les rassemblements, réunions ou activités réunissant plus de dix personnes dans l’espace public » avaient été interdits par « l’article 3 du décret du 31 mai 2020 », rappelle l’institution.

Saisi notamment par la LDH (Ligue des Droits de l’Homme), le Conseil d’État, « suspend l’exécution de l’article 3 du décret du 31 mai 2020, pour les manifestations sur la voie publique soumises à l’obligation d’une déclaration préalable ».

Le Conseil d’État rappelle « que le Haut Conseil de la santé publique ne préconise, dans ses recommandations du 24 avril 2020, aucune restriction à la circulation dans l’espace public tant que les mesures barrières sont respectées et qu’une reprise de l’épidémie n’est pas constatée ».

« Alors que la liberté de manifester est une liberté fondamentale, le juge des référés en déduit que l’interdiction des manifestations sur la voie publique n’est justifiée par les risques sanitaires que lorsque les mesures barrières ne peuvent être respectées ou que l’événement risque de réunir plus de 5 000 personnes » poursuit la plus haute juridiction du pays.

L’interdiction générale de manifester en France en raison du contexte sanitaire, est suspendue par la justice, a annoncé samedi le Conseil d’État, dans un communiqué.

« Les rassemblements, réunions ou activités réunissant plus de dix personnes dans l’espace public » avaient été interdits par « l’article 3 du décret du 31 mai 2020 », rappelle l’institution.

Saisi notamment par la LDH (Ligue des Droits de l’Homme), le Conseil d’État, « suspend l’exécution de l’article 3 du décret du 31 mai 2020, pour les manifestations sur la voie publique soumises à l’obligation d’une déclaration préalable ».

Le Conseil d’État rappelle « que le Haut Conseil de la santé publique ne préconise, dans ses recommandations du 24 avril 2020, aucune restriction à la circulation dans l’espace public tant que les mesures barrières sont respectées et qu’une reprise de l’épidémie n’est pas constatée ».

« Alors que la liberté de manifester est une liberté fondamentale, le juge des référés en déduit que l’interdiction des manifestations sur la voie publique n’est justifiée par les risques sanitaires que lorsque les mesures barrières ne peuvent être respectées ou que l’événement risque de réunir plus de 5 000 personnes » poursuit la plus haute juridiction du pays.

L’interdiction générale de manifester en France en raison du contexte sanitaire, est suspendue par la justice, a annoncé samedi le Conseil d’État, dans un communiqué.

« Les rassemblements, réunions ou activités réunissant plus de dix personnes dans l’espace public » avaient été interdits par « l’article 3 du décret du 31 mai 2020 », rappelle l’institution.

Saisi notamment par la LDH (Ligue des Droits de l’Homme), le Conseil d’État, « suspend l’exécution de l’article 3 du décret du 31 mai 2020, pour les manifestations sur la voie publique soumises à l’obligation d’une déclaration préalable ».

Le Conseil d’État rappelle « que le Haut Conseil de la santé publique ne préconise, dans ses recommandations du 24 avril 2020, aucune restriction à la circulation dans l’espace public tant que les mesures barrières sont respectées et qu’une reprise de l’épidémie n’est pas constatée ».

« Alors que la liberté de manifester est une liberté fondamentale, le juge des référés en déduit que l’interdiction des manifestations sur la voie publique n’est justifiée par les risques sanitaires que lorsque les mesures barrières ne peuvent être respectées ou que l’événement risque de réunir plus de 5 000 personnes » poursuit la plus haute juridiction du pays.

L’interdiction générale de manifester en France en raison du contexte sanitaire, est suspendue par la justice, a annoncé samedi le Conseil d’État, dans un communiqué.

« Les rassemblements, réunions ou activités réunissant plus de dix personnes dans l’espace public » avaient été interdits par « l’article 3 du décret du 31 mai 2020 », rappelle l’institution.

Saisi notamment par la LDH (Ligue des Droits de l’Homme), le Conseil d’État, « suspend l’exécution de l’article 3 du décret du 31 mai 2020, pour les manifestations sur la voie publique soumises à l’obligation d’une déclaration préalable ».

Le Conseil d’État rappelle « que le Haut Conseil de la santé publique ne préconise, dans ses recommandations du 24 avril 2020, aucune restriction à la circulation dans l’espace public tant que les mesures barrières sont respectées et qu’une reprise de l’épidémie n’est pas constatée ».

« Alors que la liberté de manifester est une liberté fondamentale, le juge des référés en déduit que l’interdiction des manifestations sur la voie publique n’est justifiée par les risques sanitaires que lorsque les mesures barrières ne peuvent être respectées ou que l’événement risque de réunir plus de 5 000 personnes » poursuit la plus haute juridiction du pays.

L’interdiction générale de manifester en France en raison du contexte sanitaire, est suspendue par la justice, a annoncé samedi le Conseil d’État, dans un communiqué.

« Les rassemblements, réunions ou activités réunissant plus de dix personnes dans l’espace public » avaient été interdits par « l’article 3 du décret du 31 mai 2020 », rappelle l’institution.

Saisi notamment par la LDH (Ligue des Droits de l’Homme), le Conseil d’État, « suspend l’exécution de l’article 3 du décret du 31 mai 2020, pour les manifestations sur la voie publique soumises à l’obligation d’une déclaration préalable ».

Le Conseil d’État rappelle « que le Haut Conseil de la santé publique ne préconise, dans ses recommandations du 24 avril 2020, aucune restriction à la circulation dans l’espace public tant que les mesures barrières sont respectées et qu’une reprise de l’épidémie n’est pas constatée ».

« Alors que la liberté de manifester est une liberté fondamentale, le juge des référés en déduit que l’interdiction des manifestations sur la voie publique n’est justifiée par les risques sanitaires que lorsque les mesures barrières ne peuvent être respectées ou que l’événement risque de réunir plus de 5 000 personnes » poursuit la plus haute juridiction du pays.

, « suspend l’exécution de l’article 3 du décret du 31 mai 2020, pour les manifestations sur la voie publique soumises à l’obligation d’une déclaration préalable ».

Le Conseil d’État rappelle « que le Haut Conseil de la santé publique ne préconise, dans ses recommandations du 24 avril 2020, aucune restriction à la circulation dans l’espace public tant que les mesures barrières sont respectées et qu’une reprise de l’épidémie n’est pas constatée ».

« Alors que la liberté de manifester est une liberté fondamentale, le juge des référés en déduit que l’interdiction des manifestations sur la voie publique n’est justifiée par les risques sanitaires que lorsque les mesures barrières ne peuvent être respectées ou que l’événement risque de réunir plus de 5 000 personnes » poursuit la plus haute juridiction du pays.

SourceAgences

Dernières infos

Le président israélien arrive à Bahreïn pour une visite d’État

Le président israélien Isaac Herzog est arrivé, dimanche, dans...

La France dévoile un nouveau plan de lutte contre les trafics de tabac

Le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal, a dévoilé,...

Borrell demande l’ouverture d’une enquête sur la mort d’un Palestinien, tué par l’armée israélienne

Le Haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères...

Tunisie : 7 personnes mortes à l’intérieur des prisons durant le deuxième semestre de 2022

Le président de l'Observatoire tunisien des droits de l'Homme...

À ne pas rater

Le président israélien en visite à Bahreïn et aux Émirats arabes unis en décembre prochain

Le président israélien Isaac Herzog se rendra au royaume...

Netanyahu : « Mohammed bin Zayed m’a invité à visiter Abu Dhabi »

L'ancien Premier ministre israélien, vainqueur des dernières élections législatives...

Le président des Émirats arabes unis en visite en Russie mardi

Le président des Émirats arabes unis (EAU), Cheikh Mohamed...

L’indice PMI des Émirats arabes unis chute pour la première fois en 3 mois

L'agence de notation financière Standard & Poor's Global (S&P)...

La France dévoile un nouveau plan de lutte contre les trafics de tabac

Le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal, a dévoilé, dimanche, le contenu du plan du gouvernement sur les trafics de cigarettes, dans une interview...

L’Allemagne appelle à une solution diplomatique en Ukraine

Le Chancelier allemand Olaf Scholz a appelé vendredi à une "solution diplomatique" pour mettre fin à la guerre en Ukraine. C'est ce qu'a affirmé le...

Argentine: manifestations à l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien

Une manifestation a été organisée, jeudi, à l'occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, dans la capitale argentine, Buenos Aires. Elle...

États-Unis : Biden accueille Macron à la Maison Blanche

Le président des États-Unis, Joe Biden, a accueilli, ce jeudi, son homologue français, Emmanuel Macron, à la Maison Blanche. Au cours d'une cérémonie solennelle qui...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here