jeudi, octobre 22, 2020

Hong Kong : Des affrontements entre les manifestants et la Police

Depuis juin, les manifestants pro-démocratie ne se désarment pas à Hongkong. Samedi, des dizaines de milliers d’entre eux ont marqué dans les rues de Hongkong, parfois violemment, le cinquième anniversaire du début du mouvement des Parapluies, précurseur de la mobilisation qui ébranle actuellement l’ex-colonie britannique. Hongkong traverse sa pire crise politique depuis sa rétrocession à Pékin en 1997, avec des actions et rassemblements quasi quotidiens. Samedi soir, des milliers de personnes se sont notamment réunies dans un parc devant le Parlement, où avait débuté le 28 septembre 2014 le mouvement des Parapluies, une occupation pacifique du cœur financier et politique de la mégapole qui avait duré 79 jours.

Une foule de manifestants a également envahi Harcourt Road, une grande artère traversant le quartier central d’Admiralty et des petits groupes s’en sont pris au bâtiment du Bureau de liaison, qui abrite les relais du gouvernement central chinois. Masquées, des dizaines de personnes ont lancé des cocktails Molotov et des briques en sa direction. La police a riposté avec des canons à eau, des gaz lacrymogènes et au poivre. La mobilisation de 2014 avait débuté lorsque la police avait utilisé du gaz lacrymogène contre un petit rassemblement d’étudiants près du Conseil législatif (« LegCo »), le parlement local.

Une radicalisation du mouvement

Les manifestants s’étaient protégés en ouvrant leurs parapluies, objet devenu emblématique de la contestation. À l’époque, la foule demandait l’instauration d’un véritable suffrage universel pour l’élection de ses dirigeants. Mais en dépit de l’ampleur de cette mobilisation très pacifique, Pékin n’avait finalement fait aucune concession. Cinq ans plus tard, l’ex-colonie britannique vit à nouveau une grave crise politique. Mais l’échec de 2014 a considérablement radicalisé le mouvement pro-démocratie.

« Je crois que les gens sont prêts pour un combat de longue haleine, car ce n’est pas facile d’arracher la démocratie au Parti communiste chinois », assure à l’Agence France-Presse une ingénieure de 29 ans se faisant appeler Yuan. En 2014, elle s’était globalement tenue à l’écart du mouvement des Parapluies. Mais cette année, elle s’est sentie obligée de manifester en raison de l’attitude, selon elle, partisane de la police locale.

« Le comportement de la police a été un des catalyseurs »

Les manifestations qui se sont succédé depuis début juin ont maintes fois dégénéré en violents heurts entre forces de l’ordre et groupuscules radicalisés. Appuyées par les canons à eau, les premières ont fait un usage très important des lacrymogènes et balles en caoutchouc contre des radicaux qui n’hésitent pas à jeter des briques et des cocktails Molotov sur les policiers. « Le comportement de la police a été un des catalyseurs », affirme Yuan, en référence aux accusations généralisées de brutalité policière lancées par les manifestants. La contestation actuelle était partie en juin du rejet d’un projet de loi qui visait à autoriser les extraditions vers la Chine. La cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam l’a finalement abandonné début septembre. Mais cette mesure a été jugée beaucoup trop tardive par des manifestants qui avaient entre-temps considérablement élargi leurs revendications pour exiger, encore, des réformes démocratiques.

Dénoncer les ingérences

Cette mobilisation se veut aussi une dénonciation des ingérences de plus en plus fortes de Pékin dans les affaires de sa région semi-autonome, en violation, selon les manifestants, du fameux principe « un pays, deux systèmes » qui avait présidé à la rétrocession. « Si les revendications des Hongkongais avaient été satisfaites avec des actions pacifiques, rationnelles et non violentes, nous n’aurions pas eu besoin de méthodes plus radicales », a déclaré samedi soir à l’Agence France-Presse un étudiant de 20 ans se faisant appeler Chan. « Quand on regarde en arrière, le pacifique mouvement des Parapluies n’a rien obtenu. »

Les manifestants hongkongais ont prévu de nombreuses actions jusque mardi, jour où la Chine populaire célèbrera le 70e anniversaire de sa fondation, avec notamment un grand défilé militaire censé illustrer le décollage d’un pays devenu en quelques décennies la deuxième plus grande puissance mondiale. Des rassemblements sont ainsi prévus dimanche dans l’ex-colonie britannique à l’occasion d’une journée mondiale contre le totalitarisme. Des étudiants prévoient une grève des cours lundi et des appels à manifester sont également lancés pour mardi. La police n’a autorisé aucun rassemblement de manifestants pro-démocratie le 1er octobre. Mais ces derniers ont maintes fois bravé de tels interdits par le passé.

SourceLe Point

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

L’émir du Qatar discute la collaboration économique avec le secrétaire au Trésor des États-Unis

L’émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a discuté aujourd’hui mercredi, avec le secrétaire au Trésor des États-Unis, Steven Mnuchin, les moyens...

Le Premier ministre arménien exhorte la population à prendre les armes contre Azerbaïdjan

Le Premier ministre arménien a appelé mercredi ses compatriotes à aller au front pour combattre dans le Haut-Karabakh ou Nagorny Karabakh, territoire azerbaïdjanais occupé...

Libye: une nomination à la tête des médias officiels fait polémique

Des responsables politiques et militaires en Libye ont appelé à annuler la nomination du journaliste Mohamed Baayou, désigné à la tête de la Fondation libyenne des médias. C'est ce...

La télévision égyptienne diffuse des fuites et attaque le ministre de la Communication

La télévision officielle égyptienne a diffusé lundi des fuites, concernant le ministre de la Communication, Oussama Haikal, l’accusant «de servir des tierces parties», en...

Irak : trois civils meurent dans une explosion au nord du pays

Trois civils ont été tués, tôt mercredi, dans l’explosion d’une bombe placée dans une voiture, dans la province de Ninive, au nord du pays, selon une...