jeudi, avril 15, 2021

Irak: la présence militaire américaine dans le pays pourrait prendre fin

Le Conseil national de sécurité irakien a suggéré que Bagdad pourrait demander à Washington de retirer ses troupes du pays, après le raid aérien américain sur l’aéroport de Bagdad, qui a coûté la vie à un général des Gardiens de la révolution islamique iranienne et à un dirigeant du groupe irakien al-Hachd al-Chaabi.

Lors d’une réunion présidée, vendredi, par le Premier ministre irakien, Adel Abdul-Mahdi, le conseil a discuté du raid aérien américain qui a tué Qasem Soleimani, commandant de la force al-Quds, et Abu Mahdi al-Mohandes, vice-président du groupe al-Hachd al-Chaabi.

Condamnant le meurtre, le conseil a déclaré que l’attaque violait la souveraineté du pays, et que le raid américain avait transgressé les conditions de la présence des forces américaines en Irak, appelant le parlement du pays à tenir une session d’urgence sur la question pour décider s’il fallait mettre fin à la présence militaire américaine en Irak.

Abdul-Mahdi a également appelé les députés à prendre des mesures législatives « pour sauvegarder la dignité, la sécurité et la souveraineté de l’Irak ».

Soleimani et Al-Mohandes ont été tués tôt vendredi matin lors d’une frappe aérienne américaine à l’extérieur de l’aéroport de Bagdad.

Peu de temps après l’assassinat, l’ambassade des États-Unis à Bagdad a exhorté tous ses citoyens à quitter l’Irak immédiatement.

Le meurtre de Soleimani marque une escalade dramatique des tensions entre les États-Unis et l’Iran, qui ont souvent atteint des pics depuis que le président Donald Trump a choisi, en 2018, de retirer unilatéralement les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien.

Le guide suprême iranien Ali Khamenei, qui a décerné, l’année dernière, la plus haute distinction du pays à Soleimani, a promis de « sévères représailles » en réponse à son meurtre

Le Pentagone a accusé Soleimani d’avoir comploté une attaque contre le complexe de l’ambassade des États-Unis à Bagdad et de planifier des attaques contre des diplomates et des militaires américains en Irak et dans la région.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos