En autorisant l’assouplissement d’éligibilité au port d’armes, l’État hébreu autorise en théorie jusqu’à 600.000 civils supplémentaires à demander un permis. 

Israël a annoncé lundi l’assouplissement des conditions d’éligibilité au port d’armes, autorisant théoriquement jusqu’à 600.000 civils supplémentaires à demander un permis, selon une estimation du ministère de la Sécurité publique. Les autorités s’attendent toutefois à ce que seulement 35.000 personnes soumettent une demande, a indiqué une source au sein de ce ministère, sous le couvert de l’anonymat.

Les nouvelles conditions, entrées en vigueur lundi, permettent désormais à tout Israélien ayant bénéficié d’une solide formation au combat d’infanterie de demander une autorisation. Sauf exceptions, le service militaire est obligatoire en Israël pour les hommes et les femmes à partir de 18 ans, mais une minorité reçoit la dite formation. Le critère essentiel pour recevoir un permis était jusqu’alors, outre la profession, le lieu de résidence. Les Israéliens vivant ou travaillant en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël, recevaient souvent une licence. Parmi les 8.5 millions d’Israéliens, 140.000 en sont déjà détenteurs.

Une décision qui risque d’encourager la violence, selon les détracteurs. Si les autorités affirment que cette décision vise à accroître la sécurité, notamment vis-à-vis des attaques de Palestiniens, ses détracteurs affirment qu’elle ne fera qu’encourager la violence. « Beaucoup de civils ont déjà sauvé des vies lors d’attentats, perpétrés notamment par des loups solitaires. Plus ils seront entraînés à porter une arme, plus grandes seront les chances de contrecarrer les attaques et de réduire les pertes humaines », a expliqué lundi soir dans un communiqué le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan. 

Israël n’a pas l’ambition d’imiter les États-Unis. Il a par ailleurs assuré mardi à la radio publique que les candidatures au port d’armes seraient étudiées de très près, jugeant les critères d’obtention parmi « les plus stricts », comprenant l’état de santé, dont la santé mentale et le passé de chacun des candidats. « Nous n’avons aucune intention d’arriver à la même situation qu’aux États-Unis », un allié d’Israël en proie à un débat chronique sur le port d’armes après des tueries, a-t-il ajouté.

Certains assaillants Palestiniens abattus par des civils. Dans un contexte de conflit persistant, Israël et les Territoires palestiniens ont connu à partir d’octobre 2015 une vague d’attaques à l’arme blanche souvent commises par des Palestiniens isolés contre les forces de sécurité ou des civils israéliens. Des dizaines d’agresseurs palestiniens ont été abattus par les forces israéliennes ou, dans certains cas, par des civils. Ces attaques sont désormais plus rares.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here