vendredi, décembre 2, 2022

La Centrafrique : affrontements sanglants entre milices

Selon la Minusca, de nouveaux affrontements entre milices ennemies ont fait une vingtaine de morts ce samedi 14 septembre à Birao, une ville du nord-est de la Centrafrique.

Dans l’extrême nord-est du pays, Birao avait déjà fait l’objet de combats au début du mois de septembre après la mort du fils du sultan de la ville. Entre les mains du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) depuis 2014, la ville avait alors été prise par le Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ). Samedi de nouveaux affrontements ont été engagés.

Plusieurs sources parlent d’une offensive du FPRC pour reprendre la ville. Ce dernier dément, affirmant avoir riposté contre une nouvelle attaque de ses positions en périphérie de Birao. Un bilan de la Minusca,la Mission des Nations unies en Centrafrique, fait état d’une vingtaine de morts ainsi que des blessés au sein des groupes. Un casque bleu a aussi été blessé. Aucune victime parmi les civils ne serait à déplorer.

Sur le terrain, les travailleurs humanitaires n’ont pas pu apporter assistance aux plus de 13 000 déplacés samedi, les combats les obligeant à rester calfeutrés. Un cargo d’assistance humanitaire devait arriver de Bangui, mais a dû être reporté.

Le porte-parole du gouvernement, Ange-Maxime Kazagui, actuellement à l’étranger, regrette cette reprise des combats. Il appelle à ce que cessent ces affrontements fondés sur des manipulations ethniques, a-t-il déclaré. « Il n’est pas acceptable de la part de ceux qui prétendent représenter les populations de continuer les combats », insiste-t-il. Le ministre appelle à ce que les différents acteurs des groupes armés posent les armes afin de permettre notamment l’envoi de l’assistance humanitaire aux populations civiles.

La Minusca, l’UA et la CEEAC, dans un communiqué conjoint publié samedi soir, dénoncent le « caractère belliqueux d’Abdoulaye Hissène ». Les organisations affirment que les enquêtent en cours permettront d’établir les responsabilités de chacun et les coupables devront répondre de leurs actes devant la justice.

Selon la Minusca, de nouveaux affrontements entre milices ennemies ont fait une vingtaine de morts ce samedi 14 septembre à Birao, une ville du nord-est de la Centrafrique.

Dans l’extrême nord-est du pays, Birao avait déjà fait l’objet de combats au début du mois de septembre après la mort du fils du sultan de la ville. Entre les mains du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) depuis 2014, la ville avait alors été prise par le Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ). Samedi de nouveaux affrontements ont été engagés.

Plusieurs sources parlent d’une offensive du FPRC pour reprendre la ville. Ce dernier dément, affirmant avoir riposté contre une nouvelle attaque de ses positions en périphérie de Birao. Un bilan de la Minusca,la Mission des Nations unies en Centrafrique, fait état d’une vingtaine de morts ainsi que des blessés au sein des groupes. Un casque bleu a aussi été blessé. Aucune victime parmi les civils ne serait à déplorer.

Sur le terrain, les travailleurs humanitaires n’ont pas pu apporter assistance aux plus de 13 000 déplacés samedi, les combats les obligeant à rester calfeutrés. Un cargo d’assistance humanitaire devait arriver de Bangui, mais a dû être reporté.

Le porte-parole du gouvernement, Ange-Maxime Kazagui, actuellement à l’étranger, regrette cette reprise des combats. Il appelle à ce que cessent ces affrontements fondés sur des manipulations ethniques, a-t-il déclaré. « Il n’est pas acceptable de la part de ceux qui prétendent représenter les populations de continuer les combats », insiste-t-il. Le ministre appelle à ce que les différents acteurs des groupes armés posent les armes afin de permettre notamment l’envoi de l’assistance humanitaire aux populations civiles.

La Minusca, l’UA et la CEEAC, dans un communiqué conjoint publié samedi soir, dénoncent le « caractère belliqueux d’Abdoulaye Hissène ». Les organisations affirment que les enquêtent en cours permettront d’établir les responsabilités de chacun et les coupables devront répondre de leurs actes devant la justice.

SourceRFI

Dernières infos

Coupe du monde Qatar 2022 : Les médias israéliens sont indésirables au milieu de la population arabe

Les médias hébreux pensaient que les Accords d’Abraham encourageront...

Tunisie: Saïed se réunit avec le Premier ministre libyen

Le Président de la République de Tunisie, Kais Saïed...

États-Unis : Biden accueille Macron à la Maison Blanche

Le président des États-Unis, Joe Biden, a accueilli, ce...

Le président de la Fédération française de football prend la défense du Qatar et dénonce des critiques excessives

Le président de la Fédération française de football (FFF),...

À ne pas rater

Le président israélien en visite à Bahreïn et aux Émirats arabes unis en décembre prochain

Le président israélien Isaac Herzog se rendra au royaume...

Netanyahu : « Mohammed bin Zayed m’a invité à visiter Abu Dhabi »

L'ancien Premier ministre israélien, vainqueur des dernières élections législatives...

Le président des Émirats arabes unis en visite en Russie mardi

Le président des Émirats arabes unis (EAU), Cheikh Mohamed...

L’indice PMI des Émirats arabes unis chute pour la première fois en 3 mois

L'agence de notation financière Standard & Poor's Global (S&P)...

États-Unis : Biden accueille Macron à la Maison Blanche

Le président des États-Unis, Joe Biden, a accueilli, ce jeudi, son homologue français, Emmanuel Macron, à la Maison Blanche. Au cours d'une cérémonie solennelle qui...

Plus de 300 personnes ont été tuées depuis le début des manifestations en Iran

Le commandant de l'armée de l'air des Gardiens de la révolution iraniens, Amir Ali Hajizadeh, a annoncé que 300 personnes, dont des agents de...

France : 1500 foyers privés de chauffage et d’eau chaude

Quelque 1500 foyers français, particulièrement en Île-de-France, sont privés de chauffage et d'eau chaude depuis près d'une semaine, du fait d'un ralentissement des interventions...

France/Campagnes de Macron en 2017 et 2022 : une enquête ouverte pour financement illégal

Une enquête a été ouverte par le PNF (parquet national financier), pour des faits de « favoritisme » et de « financement illégal de...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here