Sous le nom de Task Force Jaguar, la France a déployé un radar de type Giraffe en Arabie saoudite, à la suite des attaques contre des sites pétroliers en septembre dernier, et à la demande des autorités de ce pays. Le radar français est intégré au réseau de surveillance saoudien.

L’information a été dévoilée par le président de la République, jeudi lors de sa visite sur la base aérienne d’Orléans, où il présentait ses vœux aux armées.

L’état-major des armées nous précise que ce radar de surveillance de l’espace aérien est déployé «  dans le nord-est du pays  », donc face à l’Iran ou à l’Irak. Il ne l’est donc pas au sud-ouest, face aux menaces en provenance du Yémen.

Selon l’EMA, «  une cinquantaine de personnels de l’armée de l’air  » participent à cette opération, qui n’a pour l’instant pas d’autres limites dans le temps que «  la capacité de l’Arabie saoudite a assuré une surveillance complète de son espace aérien  ».

Giraffe est un radar mobile, de fabrication suédoise (Saab Defense, ex-Ericsson). L’armée de l’air en a fait l’acquisition au début des années 2000. Ce système, qui avait précédemment été déployé au Mali «  permet de visualiser l’activité tridimensionnelle dans un cône de 100 kilomètres de diamètre, jusqu’à 20 000 mètres de hauteur  », selon les Armées. Monté sur un camion, il se déploie avec un bras télescopique, d’où le nom de Giraffe. Au sein de l’armée de l’air, il est mis en œuvre par l’escadron de détection et de contrôle mobile (EDCM) de Cinq-Mars-la-Pile, près de Tours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here