Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a proposé des mesures contre la domination américaine dans la finance mondiale, sur fond de différend entre Washington et Berlin au sujet de l’accord nucléaire iranien.

Dans une tribune publiée par le quotidien allemand « Handelsblatt », mercredi, Maas a critiqué le président américain Donald Trump pour avoir imposé des sanctions unilatérales à l’Iran, sans consulter ses alliés européens.

« Il est essentiel de renforcer l’autonomie européenne en établissant des canaux de paiement indépendants des Etats-Unis, un fonds monétaire européen et un système de paiement SWIFT indépendant », a-t-il déclaré.

En outre, Maas a exhorté les partenaires de l’UE à préserver leur unité et à poursuivre une politique commune vis-à-vis des États-Unis dans le différend concernant les sanctions.

« Dans cette situation, il est d’une importance stratégique que nous indiquions clairement à Washington que nous voulons travailler ensemble. C’est pourquoi il était juste de protéger juridiquement les entreprises européennes contre les sanctions », a-t-il ajouté.

La chancelière allemande Angela Merkel a soutenu l’appel de Maas pour l’unité des Européens et le renforcement du rôle de l’Union européenne, mais elle a également exprimé sa prudence quant aux projets visant à trouver une alternative européenne au système de paiement SWIFT dominé par les États-Unis.

« Les relations transatlantiques évoluent, nous devons assumer davantage de responsabilités. Nous, Européens, devons prendre notre destin en main », a déclaré la chancelière Merkel lors d’une conférence de presse à Berlin.

Reconnaissant les divergences croissantes avec l’administration Trump sur plusieurs questions internationales, y compris l’accord sur le nucléaire, Merkel a déclaré que les sanctions américaines à l’encontre de l’Iran ont causé des problèmes concernant le système SWIFT.

« En même temps, nous savons que l’accord SWIFT est extrêmement important, en particulier sur les questions de financement du terrorisme », a-t-elle ajouté, soulignant que les Européens ont toujours besoin de coopérer étroitement avec les Etats-Unis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here