Une lettre, rédigée par des sénateurs républicains au Congrès américain, a indiqué qu’ils avaient l’intention d’imposer des pressions sur l’Arabie saoudite, au sujet de la situation des droits de l’homme au royaume, et du retard noté par apport aux engagements financiers des autorités saoudiennes envers le peuple yéménite.

L’Agence de presse «Reuters» a déclaré mercredi que «la lettre a été envoyée mardi dernier au prince héritier Mohamed ben Salmane, lui signalant que le royaume n’avait rempli qu’une petite partie de ses engagements financiers envers les civils yéménites».

«Si le financement n’arrive pas avant la fin d’octobre, plus de 5 millions de personnes ne pourront plus accéder à l’eau potable, dans un pays où le taux de contagion du choléra est le plus élevé dans le monde», nota la lettre en expliquant que les Nations Unies comptaient sur l’argent estimé à 750 millions de dollars, pour financer les programmes de nutritions, et de vaccinations contre les épidémies qui font rage au pays.

Au même temps, des responsables onusiens ont critiqué la négligence de plusieurs pays, du fait de ne pas avoir respecté leurs engagements concernants les aides fournies au Yémen, rappelant que le 21 août dernier, l’ONG internationale avait annoncé que 22 programmes d’aides risquaient d’être suspendus, si les pays engagés ne respectaient pas les délais de financement.

Par conséquent, la lettre proclama que Washington annonce une réponse sévère et directe, au sujet du registre polémique des droits de l’homme au royaume saoudien, et spécialement pour ce qui concerne l’implication désastreuse des troupes saoudiennes dans la guerre au Yémen.

Avec un bilan de 11 mille civils yéménites tués depuis leur intervention en 2015, les sénateurs du Congrès semblent déterminés à juger les responsables des crimes contre l’humanité, et se donnent favorables à des négociations politiques, espérant pouvoir bientôt imposer une paix durable dans le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here