mercredi, octobre 28, 2020

Le massacre des Rohingyas dans l’Etat d’Arakan se poursuit, selon les Nations Unies

Les Nations Unies ont indiqué, mercredi, que le massacre et les exactions contre les civils se poursuivent dans les provinces de Rakhine et de Chin dans l’ouest du Myanmar à cause du conflit qui se poursuit entre l’armée gouvernementale et « l’armée du salut des Rohingyas de l’Arakan ».

C’est ce qui ressort d’un communiqué remis aux journalistes par le Bureau du porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, Stéphane Dujarric, au siège des Nations Unies à New York.

« Le conflit entre les forces armées du Myanmar et l’armée (du salut des Rohingyas) de l’Arakan dans la province de Rakhine et le sud de la province de Chin, cause la mort et la mutilation des civils et la destruction de l’infrastructure ainsi que l’obligation faite aux gens de quitter leurs domiciles », poursuit le communiqué.

Dans le même communiqué, la coordinatrice des Affaires humanitaires des Nations Unies, Ola Moghrin, a fait part de sa profonde inquiétude face à l’impact humanitaire continu des affrontements qui se sont produits dans une localité de la province, le 3 septembre courant.

Elle a ajouté que ces affrontements ont faits des morts et des blessés dans les rangs des civils (dont le nombre n’a pas été précisé) en plus de provoquer des incendies dans près de 100 maisons, tout en contraignant des milliers de personnes à fuir leurs zones ».

La responsable onusienne a affirmé que le « droit international humanitaire exige de l’ensemble des parties au conflit de respecter les civils et d’éviter de les cibler lors des opérations militaires », appelant à stopper le recours à des armes explosives dans les zones résidentielles.

Le 24 août dernier, les Nations Unies ont relevé que plus de 30 civils, dont des enfants, ont été tués dans le conflit qui se poursuit et qui opposé l’armée birmane à « l’armée du salut des Rohingyas de l’Arakan ».

Créée en 2012, en réaction à la répression lancée par des Bouddhistes avec l’appui de l’armée du Myanmar contre les Musulmans Rohingyas, « l’Armée du Salut des Rohingyas de l’Arakan » dit qu’elle défend les droits des Rohingyas dans la région, tandis que les autorités les qualifient d’organisation terroriste.

Selon l’ONU, près de 688 mille Musulmans établis dans les camps de l’Arakan ont fui le Myanmar, après avoir été privés du droit à la citoyenneté, en vertu d’une loi adoptée par le Myanmar en 1982. Les autorités les considèrent comme des immigrants clandestins en provenance du Bangladesh, tandis que les Nations Unies les classent comme étant la « minorité religieuse la plus persécutée dans le monde ».

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Libye : Détails de l’accord signé entre le Qatar et le gouvernement d’union nationale (GNA)

L’accord sécuritaire signé entre le Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) et le Qatar s’est intéressé à plusieurs domaines, notamment ceux liés à la lutte...

France: le nombre de décès dus à la Covid-19 a doublé en 24h

Alors que lundi la France avait déjà enregistré le nombre de décès journalier le plus élevé depuis avril -258 morts-, ce mardi il a...

L’Iran renforce sa défense aérienne à la frontière avec l’Azerbaïdjan et l’Arménie

L'armée iranienne a annoncé mardi le renforcement des unités des Forces aériennes dans le nord-ouest du pays, suite à l'escalade des tensions dans la région du Haut-Karabakh, en Azerbaïdjan. Selon le commandant général de la défense...

Accord de normalisation : Des négociations entre Israël et 5 pays arabes à l’issue...

Le ministre israélien des Renseignements, Eli Cohen, a déclaré que des négociations entre Tel Aviv et 5 pays arabes seront intensifiées en vue de normaliser les relations. C'est ce qui...

Le Qatar et le gouvernement libyen signent un accord sécuritaire, dénoncé par les milices...

Le Qatar et le Gouvernement d’union nationale libyen (GNA) ont signé lundi, un accord sécuritaire, au moment où les milices de Khalifa Haftar dénoncent «des...