jeudi, octobre 29, 2020

Le Premier ministre libanais Saad Hariri démissionne

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé, ce mardi 29 octobre, qu’il allait présenter la démission de son gouvernement. Depuis treize jours, le Liban traverse une crise politique profonde marquée par de nombreuses manifestations.

« Je me rends au Palais de Baabda pour présenter la démission du gouvernement au président de la République. » C’est par ces mots que Saad Hariri a annoncé son départ ce mardi. Une brève allocution télévisée au cours de laquelle le Premier ministre a appelé les Libanais à préserver la paix civile.

Il a également appelé « toutes les parties à faire primer l’intérêt et la sécurité du Liban et à empêcher un effondrement économique ». S’adressant à ses partenaires politiques, il a affirmé que la priorité aujourd’hui est de voir comment protéger le Liban, rapporte notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh.

Depuis deux semaines, les manifestations de défiance à l’encontre d’une classe politique accusée de corruption et de mauvaise gestion des finances publiques se multiplient. Les contestataires la jugent responsable de la pire crise économique depuis la guerre civile des années 1975-1990.

Peu de concessions

Le pouvoir n’avait jusqu’à présent fait aucune concession significative face à la colère populaire déclenchée le 17 octobre par l’annonce d’une taxe sur les appels via la messagerie WhatsApp. Un impôt annulé depuis, mais cela n’a pas suffi à faire retomber la colère. Lors d’un discours télévisé le 21 octobre dernier, Saad Hariri avait annoncé un plan de réformes, qui n’avait pas convaincu les foules.

De son côté, le président Michel Aoun avait évoqué, le 24 octobre, la possibilité d’un remaniement ministériel qui ne s’est pas concrétisé jusqu’ici en raison des divisions internes dans son gouvernement.

Affrontements à Beyrouth

La démission de Saad Hariri a été précédée d’un déchaînement inouï de violence, lorsque des habitants des quartiers limitrophes du centre-ville de Beyrouth, qui comptent de très nombreux partisans du Hezbollah et du mouvement Amal, une autre formation chiite dirigée par le président du Parlement, ont tenté d’ouvrir de force les routes fermées par les contestataires.

Les affrontements avec les manifestants se sont étendus comme une traînée de poudre et des centaines de contre-manifestants ont déferlé sur le centre-ville, où ils ont mis à sac le camp des contestataires, brûlant les tentes et détruisant tout sur leur passage.

SourceRFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Arabie saoudite: une attaque contre un garde du consulat français à Djeddah

La police saoudienne a annoncé, aujourd'hui jeudi, l’arrestation d'un citoyen après qu'il a poignardé un garde du consulat français à Djeddah, selon des médias...

Tunisie : des nouvelles mesures pour stopper la propagation de la Covid-19

Les autorités tunisiennes ont annoncé un ensemble de mesures, dont un couvre-feu nocturne, l’interdiction de tout rassemblement et la fermeture des mosquées, pour faire face...

MBS aurait déclaré que son « propre peuple » le tuerait si Riyad normalisait...

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) a déclaré au milliardaire israélo-américain Haim Saban qu’il craindrait pour sa vie s’il concluait un accord de normalisation...

Le président algérien transféré en Allemagne pour « des examens médicaux approfondis »

Après avoir été mis à l'isolement, puis hospitalisé, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a été transéré en Allemagne. Le transfert du chef de l'Etat, âgé...

Trump : 5 nouveaux pays arabes normaliseront leurs relations avec Israël

Le Président américain, Donald Trump a annoncé que cinq pays arabes sont prêts à normaliser leurs relations avec Israël, outre les cinq pays ayant déjà entretenu des...