mercredi, novembre 25, 2020

Le Premier ministre libanais Saad Hariri démissionne

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé, ce mardi 29 octobre, qu’il allait présenter la démission de son gouvernement. Depuis treize jours, le Liban traverse une crise politique profonde marquée par de nombreuses manifestations.

« Je me rends au Palais de Baabda pour présenter la démission du gouvernement au président de la République. » C’est par ces mots que Saad Hariri a annoncé son départ ce mardi. Une brève allocution télévisée au cours de laquelle le Premier ministre a appelé les Libanais à préserver la paix civile.

Il a également appelé « toutes les parties à faire primer l’intérêt et la sécurité du Liban et à empêcher un effondrement économique ». S’adressant à ses partenaires politiques, il a affirmé que la priorité aujourd’hui est de voir comment protéger le Liban, rapporte notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh.

Depuis deux semaines, les manifestations de défiance à l’encontre d’une classe politique accusée de corruption et de mauvaise gestion des finances publiques se multiplient. Les contestataires la jugent responsable de la pire crise économique depuis la guerre civile des années 1975-1990.

Peu de concessions

Le pouvoir n’avait jusqu’à présent fait aucune concession significative face à la colère populaire déclenchée le 17 octobre par l’annonce d’une taxe sur les appels via la messagerie WhatsApp. Un impôt annulé depuis, mais cela n’a pas suffi à faire retomber la colère. Lors d’un discours télévisé le 21 octobre dernier, Saad Hariri avait annoncé un plan de réformes, qui n’avait pas convaincu les foules.

De son côté, le président Michel Aoun avait évoqué, le 24 octobre, la possibilité d’un remaniement ministériel qui ne s’est pas concrétisé jusqu’ici en raison des divisions internes dans son gouvernement.

Affrontements à Beyrouth

La démission de Saad Hariri a été précédée d’un déchaînement inouï de violence, lorsque des habitants des quartiers limitrophes du centre-ville de Beyrouth, qui comptent de très nombreux partisans du Hezbollah et du mouvement Amal, une autre formation chiite dirigée par le président du Parlement, ont tenté d’ouvrir de force les routes fermées par les contestataires.

Les affrontements avec les manifestants se sont étendus comme une traînée de poudre et des centaines de contre-manifestants ont déferlé sur le centre-ville, où ils ont mis à sac le camp des contestataires, brûlant les tentes et détruisant tout sur leur passage.

SourceRFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Ben Salmane criblé de critiques à l’ombre de la visite secrète de Netanyahou en...

Les informations diffusées au sujet la visite secrète entreprise par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, en Arabie saoudite, a poussé des activistes dénonçant...

Le Qatar attaque en justice la First Abu Dhabi Bank

L'Autorité de régulation du Centre financier du Qatar a annoncé, mardi, dans un communiqué officiel, sa décision d'attaquer en justice la First Abu Dhabi...

Tunisie : l’état d’urgence prolongé pour un mois supplémentaire

Les autorités tunisiennes ont décidé de prolonger d'un mois l'état d'urgence dans tout le pays. C'est ce qu'a affirmé le journal officiel de la République...

Un véhicule fonce sur la grille d’entrée de la Chancellerie allemande à Berlin

Une tentative d'attaque a pris pour cible la Chancellerie allemande à Berlin. Une voiture bélier a foncé dans la grille d'entrée de l'immeuble de la...

Égypte : l’ONU appelle al-Sissi à ne pas arrêter des personnes pour avoir exprimé...

L'Organisation des Nations Unies (ONU) a appelé le Président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, à ne pas arrêter ou détenir des personnes pour avoir exprimé leurs...