Le régime autoritaire de Mohammed Ben Salmane affaiblit l’Arabie saoudite (journal français)

Courrier arabe

Dans son numéro édité le lundi, le journal français « La Croix » annonce qu’après six mois de l’assassinat du journaliste Saoudien Jamal Khashoggi, le régime autoritaire du prince héritier Mohammed Ben Salmane affaiblit le Royaume.

Le journal français a expliqué que pendant les six mois qui ont suivi l’assassinat du journaliste et dissident Jamal Khasoggi, dans le consulat de l’Arabie Saoudite à Istanbul, le prince héritier Mohammed Ben Salmane a renforcé son pouvoir en dépit de l’instabilité causée par cette affaire.

Bien que son père le Roi Salmane n’était pas entièrement satisfait, le prince a mené des changements parmi lesquels: la nomination de la princesse saoudienne Rima Bint Bandar en tant qu’ambassadrice du royaume aux Etats-Unis, et son frère khaled Ben Salmane  en tant que Vice-ministre saoudien de la défense.

Le journal français La Croix a indiqué que dès sa désignation en tant que prince héritier en Juin 2017, Mohammed Ben Salmane a mené une large campagne de purification, dans le but d’exclure ses concurrents principaux de la famille royale saoudienne, à savoir son cousin l’ancien prince héritier et ministre de l’intérieur le prince Mohammed Ben Nayef, et l’ancien chef de la garde nationale le prince Motaab Ben Abdullah en les plaçant sous la résidence surveillée.

Du moment où, Ben Salmane a emprisonné tous ses cousins héritiers et ses concurrents en les forçant à son investiture, il a tracé son chemin vers le trône après la mort de son père Salmane ben Abdelaziz ( 82 ans).
Madhawi Errached, professeur dans l’École de l’Economie et des Sciences Politiques à Londres, a indigné cette politique en le considérant comme un « mensonge proféré » qui démontre la volonté du prince héritier de combattre l’Islam radical et de promouvoir un Islam disant plus tolérant.

« La Croix » a rappelé de ce qui a été diffusé à « New York Times » ; d’où Mohammed Ben Salmane a confié à un groupe dirigé par Saoud Al-Gahtani la mission de mener une campagne visant à imposer l’obéissance totale dans toutes les parties opposantes du royaume à partir de l’année 2017 , comprenant la surveillance, l’enlèvement , la détention et même l’assassinat qui est le cas de Jamal Khashoggi, cette campagne a touché également les islamistes, les activistes engagés dans la défense des droits de la Femme ainsi que des personnalités religieuses et des instruits.

« La Croix » a dit que même si Ben Salmane a renforcé son pouvoir sur le plan local et mondial , ce dernier sera vulnérable et susceptible d’être au danger sur le long terme, vu que les réserves financières passent de plus en plus en dessous, les recettes pétrolières sont en diminution et les investisseurs attendent…

Les opérations de détention des citoyens y compris des membres de la famille royale, a entraîné beaucoup de divisions dans l’établissement, à cet effet, la société de l’américain ERIC PRINCE –l’ami proche du président des Etats-Unis Donald Trump- se charge actuellement par la mission de la surveillance personnelle du prince saoudien qui a pu créer trop d’ennemies autour de lui.

Selon le même journal, Dennis Bouchard, l’expert des affaires au Moyen-Orient, a affirmé que l’Arabie saoudite est passée d’un « ordre régnant collectif caractérisé par l’accordement des privilèges au niveau des sections de la famille royale à un régime plutôt autoritaire au profit d’une seule famille », c’est pour cette raison que le prince saoudien ne peut pas continuer de gérer le royaume ainsi sans qu’il y’ait des réactions, d’où la mort du roi Salmane ou son incapacité d’accomplir ses tâches sera le vrai moment de vérité.

Le journal a déduit qu’au final, tout dépendra sur la relation de Mohamed Ben Salmane avec les Etats-Unis, alors que son projet nucléaire pourra inquiéter Israël.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here