samedi, juin 12, 2021

Les enfants de Gaza traumatisés par les agressions israéliennes

Mohammad Alaf ne peut oublier le moment où un missile a frappé à proximité de sa maison dans la ville de Gaza pendant le bombardement israélien de l’enclave palestinienne le mois dernier.

Ce père de cinq enfants se souvient que le bruit des explosions a plongé sa fille de 6 ans dans une panique totale.

« Je sentais que son cœur allait s’arrêter. Elle vivait une véritable horreur », a déclaré Alaf à l’Agence Anadolu.

Le jour suivant, sa fille s’est complètement renfermée sur elle-même et a perdu l’usage de la parole.

« Elle vivait un traumatisme et n’a pas pu dormir pendant plus de 24 heures », a déclaré son père. « Est-ce cela qu’Israël cherchait à obtenir ? »

Au moins 260 Palestiniens ont été tués et des milliers d’autres blessés en 11 jours de raids aériens israéliens contre la Bande de Gaza depuis le 11 mai. Soixante-six enfants et 39 femmes figurent parmi les victimes de cette attaque.

Treize Israéliens ont également été tués par des tirs de roquettes palestiniennes depuis la Bande de Gaza.

Les combats, les plus violents depuis des années, ont éclaté suite à la décision d’un tribunal israélien d’expulser huit familles palestiniennes de leurs maisons, dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est occupée, au profit de groupes de colons. Les violences ont pris fin grâce à une trêve négociée par l’Égypte et entrée en vigueur le 21 mai.

Traumatisme

Alaf, dont les enfants sont âgés de 3 à 15 ans, a déclaré que ses enfants ont vécu de longues journées de terreur et n’ont cessé de demander ce qu’il adviendrait de leurs parents et amis proches en cas d’attaques israéliennes dans la zone.

« Ils me demandaient ce qu’il adviendrait des enfants qui vivent dans ces immeubles, ou si les avions de guerre allaient bombarder notre maison », a-t-il affirmé.

Et d’ajouter : « Leurs questions montraient à quel point ils avaient peur d’être tués sous les décombres de leur maison. Malheureusement, je n’avais pas de réponse à leurs questions. »

Pour apaiser leur panique, Alaf a incité ses enfants à pratiquer des activités comme le dessin, le chant, les contes et les jeux pour tenter de les rassurer face aux bombardements israéliens.

Lorsque les frappes aériennes israéliennes se sont arrêtées le 21 mai, les cinq enfants ont demandé à leur père de sortir de la maison.

« Lorsque nous sommes passés par la rue Al-Wehda où plus de 40 Palestiniens ont été tués par des missiles israéliens, ils ont alors constaté que la réalité était telle qu’ils l’imaginaient. Ils se sont mis à pleurer devant les ruines », se souvient Alaf.

Aujourd’hui encore, ses enfants souffrent de cauchemars et sont pris de panique dès qu’ils entendent un bruit fort à l’extérieur.

Panique

Amira, 17 ans, raconte que son frère Ahmed, âgé de 7 ans, est pris de panique dès qu’il entend le bruit d’un avion de guerre israélien qui le survole.

« Il a eu très peur et a commencé à pleurer », a déclaré la jeune Palestinienne à l’Agence Anadolu. « Il a commencé à demander à mon père si nous resterons en vie pour voir notre mère à sa libération de prison ou si les frappes aériennes israéliennes nous tueront. »

Leur mère, Nisreen Abu Kmail, a été emprisonnée par Israël en 2015, accusée d’espionnage pour des groupes de résistance palestiniens. Elle devrait être libérée en octobre 2021 après avoir purgé sa peine de 6 ans de prison.

La famille n’a jamais rendu visite à la mère incarcérée depuis sa mise en détention. Leur seul moyen de communication était par le biais de messages radiophoniques en podcast, grâce auxquels ils lui donnaient de leurs nouvelles.

Mais le 15 mai, un avion de guerre israélien a détruit la tour Al-Jalaa de 12 étages, qui abritait les bureaux de la radio qu’ils utilisaient pour appeler leur mère, ce qui a interrompu leur correspondance.

« L’événement le plus horrible n’a pas été le bombardement. C’était nos craintes concernant notre mère emprisonnée. Elle ne savait rien de nous, ce qui était très troublant », a déclaré Amira.

Cauchemars

Pendant le bombardement de Gaza par Israël, Ahmed n’a pas pu dormir dans son lit.

« Je n’arrêtais pas de le serrer dans mes bras et de l’embrasser car je ne savais pas si nous allions nous réveiller le lendemain ou non », se souvient Amira. « C’était des jours horribles. Je ne sais pas comment nous avons survécu. »

« Après la guerre, Ahmad passe tout son temps à jouer dehors. Il a l’impression d’avoir été dans une prison pendant les jours de la guerre », a-t-elle dit.

Selon les experts, les agressions israéliennes nuisent à la santé mentale des enfants palestiniens et les plongent dans un traumatisme.

« Le système d’adaptation psychosociale de ces enfants a été endommagé à cause de la guerre, ce qui entraîne des problèmes comportementaux et cognitifs », a déclaré à l’Agence Anadolu Dua Abdulhamid, ancien psychologue clinicien.

« Ils souffriront longtemps de problèmes comportementaux tels que le stress, une grande nervosité et des réactions extrêmes. Ils peuvent également souffrir d’attaques de panique, de cauchemars et de troubles du sommeil », a-t-il expliqué.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos