vendredi, juin 25, 2021

Libye : les milices de Haftar violent à nouveau le cessez-le-feu

L’armée libyenne a annoncé, mercredi, que les milices du général rebelle, Khalifa Haftar, ont tiré 6 roquettes Grad contre les positions de l’armée à l’ouest de la ville de Syrte, dans le nord du pays, ce qui constitue la deuxième violation du cessez-le-feu en 3 jours.

C’est ce qui ressort d’une déclaration du porte-parole de l’armée libyenne, le colonel Mohammed Gnounou, publiée sur la page « Facebook » de l’opération « Volcan de la colère ».

« Nos forces ont constaté une violation du cessez-le-feu à 00:06 (22:06 GMT mardi soir), la deuxième du genre en moins de 72 heures », a déclaré Gnounou.

Et de poursuivre : « La milice terroriste de Haftar a tiré 6 roquettes Grad contre les positions de nos forces à l’ouest de Syrte ».

Il a expliqué que l’armée libyenne est « prête et attend les instructions du chef suprême de l’armée (Fayez Al-Sarraj) pour répondre à ces attaques au moment et à l’endroit appropriés ».

La première violation du cessez-le-feu a été annoncée par l’armée libyenne le 27 août. La milice du général putschiste, Khalifa Haftar, avait alors tiré plus d’une douzaine de roquettes Grad contre les positions des forces gouvernementales à l’ouest de Syrte.

En réponse à l’annonce de l’armée libyenne, le porte-parole de la milice de Haftar, Ahmed Al-Mesmari, avait alors affirmé que le cessez-le-feu n’avait pas été violé, affirmant que « le but du gouvernement libyen en parlant d’une violation du cessez-le-feu est de couvrir les manifestations de Tripoli ».

Un cessez le feu prévaut en Libye depuis le 21 août dernier, conformément à deux déclarations simultanées du Conseil présidentiel du gouvernement libyen et de la Chambre des représentants de Tobrouk (Est) pro-Haftar, qui dispute au gouvernement la légitimité et l’autorité sur le pays.

Les deux déclarations ont convergé sur des points communs, notamment le cessez-le-feu et la tenue d’élections présidentielles et législatives. Elles ont été largement saluées par la communauté internationale et les pays arabes, tandis que le porte-parole de Haftar, Ahmed Al-Mismari, a dénoncé l’initiative de cessez-le-feu.

Le gouvernement libyen s’efforce de rétablir la sécurité et d’améliorer les services publics, qui se sont gravement détériorés suite à l’attaque contre la capitale libyenne lancée, en avril 2019, par les milices du général renégat Haftar et soutenue par des pays arabes et occidentaux.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos