lundi, juin 27, 2022

Libye: une nomination à la tête des médias officiels fait polémique

Des responsables politiques et militaires en Libye ont appelé à annuler la nomination du journaliste Mohamed Baayou, désigné à la tête de la Fondation libyenne des médias.

C’est ce qu’ont confirmé des chefs de brigades militaires ayant mené l’opération  »Volcan de la colère », affiliée à l’armée libyenne, des membres du Conseil de la Présidence du gouvernement et le Conseil suprême d’État.

Cet appel vient, en effet, à la suite des propos de Baayou qui a qualifié les attaques des milices de Haftar de  »guerre civile ».

Le 4 avril 2019, Haftar a lancé une opération intensive pour prendre le contrôle de l’ouest de Tripoli, siège du gouvernement, avant que l’armée libyenne n’annonce sa victoire et, expulse cette milice de ces zones qu’elles contrôlait.

Jusqu’ici, le Conseil de Présidence du gouvernement libyen n’a toujours pas donné suite à ces appels.

Quant à Baayou, il a expliqué dans un post Facebook, que son engagement dans la lutte contre la corruption dans le domaine des médias, est à l’origine de ces campagnes de dénigrements.

Le 10 septembre, al-Sarraj a annoncé la désignation du journaliste Baayou à la tête de la  »Fondation libyenne des médias ».

Selon la chaîne privée locale « Libya Al-Ahrar », le vice-président du Conseil présidentiel Abdul Salam Kagman, a adressé une lettre aux autorités officielles, dans laquelle il conteste la désignation de Baayou en la qualifiant de « contraire à l’accord politique ». Et de réclamer que le projet de décision soit présenté avant d’être approuvé par les députés.

De son côté, le membre du Conseil présidentiel, Mohamed Amari Zayed, a qualifié cette décision, dans ses déclarations relayées par le centre de presse de l’opération  » Volcan de la colère », via  »Twitter », « d’illégale ».

Et d’ajouter que Baayou tente de déformer les faits. « Ceci est une insulte pour les batailles qu’avait mené le gouvernement de réconciliation et c’est une véritable offense à nos martyrs », a-t-il écrit, expliquant que les procédures judiciaires nécessaires ont été engagées pour contester cette nomination.

Dans ce contexte, le membre du Conseil suprême d’État Abd al-Rahman Shater a souligné que cette décision est dangereuse car elle rend son cercle médiatique plus puissant.

Le commandant des opérations de Syrte et Al-Jufra de l’armée libyenne, Ibrahim Beit al-Mal, a appelé à son tour au retrait de la nomination en raison de la décision de Baayou qui consiste à interdire la diffusion de l’actualité sur la guerre de Tripoli.

« Nous n’accepterons jamais que nos médias soient dirigés par une personne indigne et sans principe et nous n’oublierons jamais le sang de nos martyrs », indique le communiqué.

Suite aux déclarations de Baayou, la décision de la nommination de Mohamed Baayou a été vivement critiquée et rejetée en Libye. Et depuis, elle ne cesse de faire polémique.

Elle a aussi, largement, été contestée par certains journalistes et employés des médias gouvernementaux, qui ont exprimé leur rejet catégorique de la nomination de Baayou à la tête d’une institution médiatique officielle.

Il est à noter que la Fondation libyenne des médias rassemble plus de 16 médias, à l’instar l’Autorité générale de la presse, l’Agence de presse libyenne et un certain nombre de chaînes de télévision et de stations de radio.

Mohamed Baayou était le porte-parole du dernier gouvernement de Mouammar Kadhafi, qui a été renversé en 2011. Il était également l’ancien dirigeant des comités révolutionnaires, un mouvement politique affilié au régime de Kadhafi.

SourceAgences

Dernières infos

Gaza: le Qatar alloue une aide financière à des familles démunies

Le Qatar a commencé, jeudi, à verser une aide...

Coupe du monde 2022: L’OTAN se déclare prête à soutenir le Qatar en matière de sécurité

L'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) a annoncé,...

L’émir du Qatar se rend en Égypte pour une visite officielle

L'émir du Qatar, le Cheikh Tamim bin Hamad Al...

Tunisie: arrestation de l’ancien Premier ministre Hamadi Jebali

L’ancien Premier ministre tunisien, Hamadi Jebali, a été arrêté,...

À ne pas rater

Tunisie: le Président rencontre le ministre d’Etat émirati aux Affaires étrangères

Le président de la République tunisienne Kaïs Saïed a...

Les Émirats arabes unis affirment leur soutien à la Tunisie

Le président tunisien Kaïs Saïed a effectué, mercredi, un...

Investigations : «Un réseau médiatique monté contre le Qatar, voici les personnes cachées derrière lui»

Une investigation menée par Eekad (plateforme arabe d’investigations numériques)...

«Israël a placé des défenses antimissiles aux Émirats arabes unis et au Bahreïn», déclare un média hébreu  

Une chaîne israélienne a indiqué jeudi que «l’armée israélienne...

Parlementaire libyen : échec de la rencontre d’al-Mechri et Salah au Caire

Une source parlementaire libyenne a révélé, samedi, l'échec de la rencontre attendue entre le président du Haut Conseil d'État libyen, Khaled al-Mechri, et le...

L’ONU condamne les « discours de haine » en Libye

La Mission d'appui des Nations Unies en Libye (Manul) a condamné les "discours de haine" qui sévissent dans le pays. C'est ce qui ressort d'un...

Libye : Tripoli retrouve le calme après les affrontements armés de deux brigades militaires

La capitale libyenne, Tripoli, a retrouvé aujourd’hui son calme, après avoir été secouée, hier soir, par les affrontements armés de deux brigades militaires. Des médias...

Premier ministre libyen : Notre seule option est la tenue d’élections en Libye

Le chef du gouvernement d'union nationale libyen, Abdelhamid Dbeibeh, a déclaré, dimanche, que la "seule option" pour son gouvernement est la tenue d'élections. C'est ce...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here