Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a critiqué la décision du trio européen d’activer le mécanisme de règlement des différends inclus dans l’accord nucléaire avec Téhéran, accusant les pays européens d’abandonner l’accord par crainte des menaces américaines.

Dans un texte publié sur son compte Twitter, Zarif a expliqué que l’activation par la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, du mécanisme de résolution des conflits, a été précédée de menaces du président américain Donald Trump contre l’Europe.

Pour le chef de la diplomatie iranienne, l’Europe s’efforce à calmer les menaces de Trump, notant que les 3 pays européens ont abandonné l’accord nucléaire restant, afin d’éviter les frais fiscaux que Trump a l’intention d’imposer sur leurs produits.

Selon le Washington Post, citant des responsables européens, Trump aurait menacé les parties à l’accord nucléaire quelques jours avant l’activation du mécanisme de règlement des différends inclus dans l’accord, en imposant une taxe de 25% sur les voitures importées de l’Europe.

En effet, le mécanisme de règlement des différends signifie que si l’une des parties à l’accord sur le nucléaire estime que l’autre partie ne remplissait pas ses obligations, elle peut recourir à un certain nombre de mesures pour régler le problème. Le dossier pourrait également parvenir au Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) pour imposer de nouvelles sanctions.

En mai 2018, Washington s’est retiré de l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et le groupe 5+1, qui comprend la Russie, le Royaume-Uni, la Chine, les États-Unis, la France et l’Allemagne, et a imposé des sanctions économiques à Téhéran.

L’accord prévoyait l’engagement de Téhéran à abandonner, pour une période d’au moins 10 ans, des éléments essentiels de son programme nucléaire et à le restreindre de manière significative dans le but de l’empêcher d’acquérir la capacité de développer des armes nucléaires, en échange de la levée des sanctions qui lui sont imposées.

Le 5 janvier, l’Iran a annoncé la suspension de tous ses engagements dans le cadre de l’accord nucléaire, dans le contexte du meurtre du Commandant de la Force al-Quds iranienne Qassem Soleimani, lors d’un raid américain en Irak.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here