mercredi, novembre 25, 2020

L’Union Africaine établit une feuille de route pour le règlement de la crise en Libye

L’Union africaine (UA) a établi jeudi à Brazzaville, une feuille de route en vue d’organiser, durant l’année 2020, la « conférence inter-libyenne de réconciliation » visant à mettre un terme à la crise dans ce pays, ont rapporté des médias africains.

Cette feuille de route a été établi lors du 8e sommet du Comité de haut niveau de l’UA sur la Libye, tenu jeudi à Brazzaville, la capitale du Congo.

Plusieurs fois annoncées ces dernières années, la conférence inter-libyenne de réconciliation devra cette fois-ci se concrétiser avec l’établissement d’une feuille de route fixant les principales étapes de préparation et de la tenue de cette rencontre visant à trouver une solution définitive à la crise qui se secoue la Libye, indique l’agence de presse algérienne (APS).

Le sommet de Brazzaville qui a vu la présence de chefs d’Etat et de gouvernement africains, a décidé de préparer et de tenir la conférence inter-libyenne de réconciliation, conformément aux décisions pertinentes de l’UA, en concertation avec les pays voisins de la Libye et les Nations Unies, précise la même source.

« L’Afrique a reçu mandat d’organiser, au cours de l’année 2020, un forum de réconciliation nationale inter-libyen, préalable à des élections présidentielles et législatives libres et crédibles », a indiqué le président du comité de haut niveau sur la Libye, Denis Sassou-Nguesso.

Dans ce cadre, le comité a décidé de créer une commission préparatoire inclusive de la conférence qui doit être ouverte à « toutes les parties prenantes libyennes, y compris les chefs de tribus et autres forces politiques et sociales, pour promouvoir une solution durable au conflit ».

La feuille de route, adoptée par le comité de haut niveau, fixe ainsi les principales étapes de ce processus notamment la création de la commission préparatoire du forum, l’élaboration du calendrier de ses réunions et l’esquisse des ressources financières requises pour le succès de sa mission, indique l’APS.

Le forum de réconciliation nationale inter-libyen inclusif devra proposer une période de transition, présenter l’avant projet de Constitution et suggérer la date du référendum constitutionnel et des élections présidentielles et législatives.

Dans ce cadre, l’Algérie s’est proposée à abriter le forum de réconciliation nationale, indique le communiqué final ayant sanctionné les travaux du 8e sommet du comité de haut niveau de l’UA sur la Libye.

L’Algérie a, en effet, par la voix de son Premier ministre, réitéré, lors de ce sommet, sa « disponibilité » à rapprocher les positions des parties belligérantes en Libye et abriter toute réunion inter-libyenne visant à « contribuer à trouver une solution à la crise et jeter les bases d’un nouvel Etat stable », rapporte encore l’APS.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Ben Salmane criblé de critiques à l’ombre de la visite secrète de Netanyahou en...

Les informations diffusées au sujet la visite secrète entreprise par le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, en Arabie saoudite, a poussé des activistes dénonçant...

Le Qatar attaque en justice la First Abu Dhabi Bank

L'Autorité de régulation du Centre financier du Qatar a annoncé, mardi, dans un communiqué officiel, sa décision d'attaquer en justice la First Abu Dhabi...

Tunisie : l’état d’urgence prolongé pour un mois supplémentaire

Les autorités tunisiennes ont décidé de prolonger d'un mois l'état d'urgence dans tout le pays. C'est ce qu'a affirmé le journal officiel de la République...

Un véhicule fonce sur la grille d’entrée de la Chancellerie allemande à Berlin

Une tentative d'attaque a pris pour cible la Chancellerie allemande à Berlin. Une voiture bélier a foncé dans la grille d'entrée de l'immeuble de la...

Égypte : l’ONU appelle al-Sissi à ne pas arrêter des personnes pour avoir exprimé...

L'Organisation des Nations Unies (ONU) a appelé le Président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, à ne pas arrêter ou détenir des personnes pour avoir exprimé leurs...