samedi, décembre 5, 2020

Mort du général iranien Soleimani: Trump a agi pour arrêter une guerre

Les États-Unis ont tué un haut responsable iranien, responsable de l’orchestration des opérations régionales de Téhéran « pour arrêter une guerre », et non pour en déclencher une, a déclaré vendredi le président Donald Trump.

« Ce que les États-Unis ont fait hier aurait dû être fait il y a longtemps », a déclaré Trump depuis son complexe de Floride, faisant référence à l’assassinat de Qasem Soleimani. « Beaucoup de vies auraient été sauvées », a-t-il ajouté.

Trump n’a pas répondu aux questions des journalistes après ses brèves déclarations sur l’assassinat de Soleimani.

Soleimani, chef de la force d’élite Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique, a été tué tôt vendredi matin, lors d’une frappe aérienne américaine à l’extérieur de l’aéroport de Bagdad.

Abu Mahdi al-Mohandes, un haut commandant des Unités irakiennes du Hachd al-Chaabi a également été tué lors de la frappe américaine.

Le meurtre de Soleimani marque une escalade dramatique des tensions entre les États-Unis et l’Iran, qui ont souvent atteint des pics depuis que le président Donald Trump a choisi, en 2018, de retirer unilatéralement les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien.

Le guide suprême iranien Ali Khamenei, qui a décerné, l’année dernière, la plus haute distinction du pays à Soleimani, a promis de « sévères représailles » en réponse à son meurtre.

Après la mort d’un entrepreneur américain, lors d’attaques à la roquette sur une base américaine en Irak, Washington a mené, dimanche, une série de frappes qui ont entraîné la mort d’au moins 25 combattants de la milice Kataib Hezbollah, soutenue par l’Iran.

Ces frappes ont été la première attaque majeure des États-Unis contre un groupe lié à l’Iran depuis le retrait des troupes d’Irak en 2011.

L’ambassade des États-Unis à Bagdad a ensuite été attaquée par une grande foule de manifestants en colère, entraînant un affrontement de deux jours entre les forces américaines et les manifestants.

Le Pentagone a accusé Soleimani d’avoir comploté l’attaque de l’ambassade et d’avoir planifié des attaques supplémentaires contre des diplomates américains et des militaires en Irak et dans la région.

SourceAgences

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos

Arabie saoudite : Salmane al-Odah rongé par l’obscurité des prisons de ben Salmane

L’opposant saoudien, Abdullah al-Odah, a déclaré, jeudi, que son père, le prédicateur Salmane al-Odah, détenu depuis plus de 3 ans dans les prisons saoudiennes...

Koweït : « Discussions fructueuses » sur la réconciliation au Golfe

Le Koweït a annoncé, vendredi, avoir tenu, dernièrement, des discussions fructueuses dans le cadre des efforts relatifs à la réconciliation dans le Golfe et...

Sarkozy – Kadhafi : l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine arrêté à Beyrouth

L’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine a été arrêté à Beyrouth en vertu d’une fiche émise par Interpol dans le cadre de l’affaire du financement...

Libye: Williams et Aguila Salah appellent à un consensus rapide au sein de la...

L'émissaire des Nations unies par intérim pour la Libye, Stéphanie Williams, et le président du Parlement de Tobrouk, Aguila Salah, ont souligné, mercredi, « la...

Pour la treizième année consécutive, Israël à la tête de la course aux armements

Israël continue de maintenir sa position à la tête de la course aux armements pour la treizième année consécutive. C'est ce qui ressort du rapport du Global Militarisation...