La Branche armée du Jihad islamique palestinien, les Brigades Al-Qods ont annoncé, mardi, avoir bombardé d’importantes villes israéliennes, notamment, Tel Aviv, considérée comme la plus grande, la plus importante et la capitale politique, en riposte à l’assassinat du leader Baha Abu Atta.

L’armée israélienne a indiqué avoir déclenché les sirènes dans le centre d’Israël y compris Tel Aviv.

Le système de défense antimissile « Dôme de fer » a contré un missile dans le ciel de Tel Aviv, a rapporté le site du journal « Israel Hayom ».

Après les tirs de roquettes en provenance de la Bande de Gaza, l’armée israélienne a fait savoir que des sirènes ont été déclenchés dans plusieurs communautés israéliennes au centre et au sud d’Israël.

Les missiles des brigades Al-Qods ont également ciblés deux bâtiments de la ville de Sderot, près de la bande de Gaza, sans faire de blessés.

L’armée israélienne a annoncé, mardi matin, avoir assassiné Baha Abu Atta, l’un des plus importants leaders des Brigades Al-Qods, la branche militaire du Jihad islamique palestinien, lors d’une attaque contre une maison à l’est de la ville de Gaza, où son épouse a également trouvé la mort.

Le Jihad islamique a révélé que la maison de l’un de ses dirigeants à Damas, dont les deux enfants sont tombés en martyr, a été la cible de bombardements israéliens.

Dans un communiqué, l’armée israélienne a dévoilé que « le domicile de l’un des plus importants leaders du Jihad islamique à Gaza, Baha Abu Atta a été la cible d’une opération conjointe avec le service de la sécurité générale ».

« L’opération a été approuvée par le chef du gouvernement et ministre de la Défense, Benyamin Netanyahu », a expliqué le communiqué.

Toujours selon l’armée israélienne, « considéré comme une bombe à retardement, Abu Atta a pratiquement accompli toutes les opérations du mouvement islamique dans la Bande de Gaza. Il a été directement impliqué dans les opérations et les tentatives ayant pris pour cibles les citoyens et les soldats israéliens, avec les tirs de roquettes, les tirs de sniper et le lancement des drones ».

De leur côté, les Brigades Al-Qods ont confirmé, dans un communiqué, l’assassinat d’Abu Atta indiquant que son épouse, aussi, est tombée en martyr lors de l’attaque.

« Certes nous pleurons le leader Baha Abu Atta et son épouse tombés en martyr suite à ce crime, en même temps, toutes nos unités et tous nos militants sont en état d’alerte maximale », poursuit le communiqué.

La branche armée du Jihad islamique palestinien a souligné que « la riposte au crime commis par l’ennemi criminel sera de taille et n’aura pas de limite. L’occupation n’a qu’à assumer les conséquences de cette agression ».

La Société de radiodiffusion publique israélienne a affirmé que l’armée israélienne s’est préparée aux scénarios offensifs et défensifs et a renforcé sa présence aux alentours de la Bande de Gaza.

« Plusieurs routes dans les zones adjacentes à la Bande de Gaza ont été fermées, a-t-elle ajouté. Les trains entre Ashkelon et Sderot ont été arrêtés. Les écoles ont été, également, fermées en raison de la situation sécuritaire tendue dans les villes principales du sud, notamment, Beer-Sheva, Ashkelon, Rahat et Lakiya. »

Anadolu a appris que la direction du gouvernement dirigé par le Hamas à Gaza a décidé « d’évacuer tous les établissements gouvernementaux et de libérer tous les détenus ».

Dans ce contexte, le bureau des médias du gouvernement à Gaza a affirmé à Anadolu que « suite à ce crime de l’occupation et à ses agressions continues contre notre peuple, l’état d’urgence sera décrété dans les établissements gouvernementaux et les cours seront suspendus jusqu’à nouvel ordre ».

Le Président de la Commission pour le transit des biens relevant du Département général des frontières et des passages, Raed Fattouh a indiqué qu’Israël a informé les parties palestiniennes de sa décision de fermer l’unique poste-frontière commercial Karam Abu Salem.

Le porte-parole du ministère de l’Intérieur à Gaza a, lui aussi, indiqué que « le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité nationale suit de près les répercussions de l’assassinat de l’un des leaders de la résistance, mardi à l’aube, à Shuja’iyya dans l’est de Gaza ».

– Une attaque à Damas

Le Jihad islamique a également révélé que la maison de l’un de ses dirigeants à Damas, dont les deux enfants sont tombés en martyr, a été la cible de bombardements israéliens.

« Le domicile de Akram Ajouri, membre du bureau politique du mouvement, a été pris pour cible à Damas, ses deux enfants sont tombés en martyr », peut-on lire dans le communiqué du mouvement.

Le Jihad islamique n’a pas communiqué des détails supplémentaires et l’armée israélienne n’a pas, jusqu’ici, commenté l’incident.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here