Le journal américain «The Washington Post» a levé le voile, sur les coulisses de la rencontre du secrétaire d’État des États-Unis Mike Pompeo, avec des hauts responsables irakiens à Bagdad, à qu’il avait envoyé un message sévère déclarant: «si la guerre commence avec l’Iran, si vous n’êtes pas de notre camps, tenez-vous loin».

Selon le journal, trois responsables américains, tenus à rester anonymes, avaient raconté ce qui s’était passé, ils avaient signalé que la visite surprise de Pompeo surgissait au moment où Washington avait reçu des renseignements secrets qui affirmaient les menaces iraniennes pour les intérêts américains au Moyen-Orient.

Le Washington Post ajoute que les inquiétudes règnent de peur que Bagdad, qui commence à se rétablir des précédentes guerres, ne se retrouve coincée dans le conflit entre Washington et Téhéran.

L’Irak avait de son côté appliqué des mesures de sécurité pour faire face aux dangers qui menacent les intérêts américains, sachant qu’en plus des centaines d’employés américains dans les ambassades et les consulats, Bagdad accueille des milliers de soldats marines sur ses terres.

Bien que les iraniens et les américains affirment n’avoir aucune volonté d’entrer en guerre, les tensions continuent à monter dans le pays, déchiré depuis 2003 par les combats féroces entre les soldats américains, et les milices armées soutenues par l’Iran.

En rappel, les marines se sont retirés de l’Irak en 2011, mais sont retournés en 2014 suite à la demande des autorités locales, pour lutter aux côtés de l’armée irakienne, contre les milices appuyées par l’Iran.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here