En réponse au communiqué émis par l’Arabie saoudite samedi concernant le blocus imposé sur Qatar, la Commission qatarie des droits humains a considéré que l’Arabie saoudite tente d’induire en erreur l’opinion publique.

Dans un communiqué officiel, la Commission a estimé que le communiqué saoudien a présenté des prétextes sans fondement pour justifier les violations, les sanctions et les mesures arbitraires unilatéraux prises contre Qatar, en plus de tenter de faire croire à l’opinion publique locale et mondiale que Riyad a traité les violations découlant du blocus.

Elle a ajouté qu’au moment où la Commission qatarie des droits humains et les organisations internationales espéraient que les autorités saoudiennes règlent la crise humanitaire et indemnisent les victimes du blocus, l’Arabie saoudite a décidé d’émettre un communiqué dans lequel elle a tenté d’induire en erreur l’opinion publique au sujet du blocus imposé sur Qatar et ses répercussions.

La Commission a considéré que les autorités saoudiennes tentent une fois encore en vain de tromper la communauté internationale en fournissant de fausses statistiques pour couvrir les violations perpétrées contre les citoyens et les résidents à Qatar, assurant que la dissimulation des faits n’a guère d’utilité.

Depuis le début du blocus, la Commission avait contacté les organisations de défense des droits de l’homme concernées en Arabie saoudite afin d’indemniser les victimes et leur rendre justice. Toutefois, elle n’avait reçu aucune réponse de leur part.

En novembre 2017, les autorités saoudiennes n’ont pas autorisé la mission technique du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) à évaluer l’impact des mesures du blocus sur les droits de l’homme. En outre, l’Arabie saoudite ne répond pas aux discours des rapporteurs spéciaux ni à ceux des organisations internationales.

La Commission a certifié que les mesures et les sanctions unilatérales imposées sur Qatar constituent un blocus total contre les citoyens et les résidents dans le pays, ce qui représente une violation flagrante des chartes et coutumes internationales laquelle ne saurait se justifier sous aucun prétexte.

Dans une mesure visant à mettre à l’épreuve la véracité des déclarations de l’Arabie saoudite, la Commission a appelé Riyad à autoriser la mission technique du (HCDH) à faire son travail, et à approuver la création d’une commission d’établissement des faits par le Conseil des droits de l’homme afin de vérifier la véracité de son discours concernant l’absence de violations découlant du blocus.

Samedi dernier, l’Arabie saoudite avait émis un communiqué dans lequel elle avait abordé en détails la question du blocus imposé sur Qatar, affirmant que le royaume a pris des mesures d’atténuation à différents niveaux tels que le domaine de l’éducation et de la santé ainsi que le Hadj et la Oumra.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here