Le ministère russe de la Défense a tenu Israël responsable de l’accident de d’un avion de reconnaissance russe en Syrie, lundi. Mais le président Vladimir Poutine s’est montré plus conciliant, évoquant des « circonstances accidentelles ».
Le président russe Vladimir Poutine est intervenu mardi 18 septembre pour calmer les tensions entre la Russie et Israël après les accusations portées contre Tsahal par le ministère russe de la Défense. Celui-ci a accusé Israël d’avoir causé la destruction d’un avion de reconnaissance russe, accidentellement abattu lundi par l’armée syrienne.
Le ministère russe de la Défense a indiqué que l’appareil, un Iliouchine Il-20, transportait 15 soldats lorsqu’il a été abattu par une batterie antiaérienne de l’armée syrienne de façon accidentelle. Selon lui, l’appareil a disparu des écrans radar alors qu’il se trouvait à 35 km des côtes syriennes, au moment où les forces israéliennes et françaises procédaient à des frappes dans le secteur.
Dans cette affaire, Moscou estime que l’aviation israélienne a délibérément créé une situation « dangereuse » dans le secteur de Lattaquié, alors que l’avion russe s’apprêtait à atterrir sur la base de Hmeimim, située dans la province du même nom. « Nous considérons comme hostile cette initiative de l’armée israélienne », a dit Igor Konachenkov, porte-parole du ministère. « Du fait des actes irresponsables de l’armée israélienne, 15 militaires russes ont trouvé la mort. Ce n’est absolument pas conforme à l’esprit du partenariat russo-israélien. »

« Nous nous réservons le droit de réagir par des mesures équivalentes », a-t-il poursuivi dans une déclaration sur la télévision russe.
Poutine apaise les tensions
Adoptant un ton plus conciliant, le président russe Vladimir Poutine a expliqué mardi après-midi que le crash de l’avion militaire russe était dû à « un enchaînement de circonstances accidentelles tragiques ». Un geste qui a pour but d’apaiser les tensions entre ces deux pays qui entretiennent des relations cordiales depuis plusieurs années.
Au préalable, le ministère russe de la Défense avait convoqué l’ambassadeur israélien pour évoquer cet incident qualifié d’acte hostile. Mais côté israélien, les forces armées ont réfuté les critiques, affirmant dans un communiqué que la responsabilité de l’incident incombait aux batteries antiaériennes syriennes qui ont « fait feu sans discernement » et « sans se préoccuper » de la présence d’un appareil russe en vol.
Tsahal ajoute que ses chasseurs ont pris pour cible un complexe de l’armée syrienne et qu’ils « étaient déjà revenus dans l’espace aérien israélien » lorsque l’Il-20 a été abattu.
Des F-16 israéliens cachés derrière les avions russes ?
Selon le ministère russe de la Défense, les chasseurs F-16 de l’armée israélienne, menant des frappes aériennes, se sont servis de l’Il-20 pour se couvrir et s’approcher de leurs cibles au sol tout en échappant à la défense antiaérienne syrienne.
« En se cachant derrière l’appareil russe, les pilotes israéliens l’ont placé dans la ligne de tir du système de défense antiaérienne syrien. L’Il-20 a été abattu par un missile S-200 », a expliqué Igor Konachenkov. Pour lui, les pilotes israéliens ont nécessairement vu l’appareil russe car ce dernier était en phase d’approche à une hauteur de 5 000 mètres. « Malgré tout, ils ont volontairement mené cette provocation », a-t-il affirmé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here