mercredi, avril 14, 2021

Sahel: l’UNICEF appelle à protéger 5 millions d’enfants menacés par les violences

Près de 5 millions d’enfants au Burkina Faso, au Mali et au Niger auront besoin d’une aide humanitaire au cours de l’année 2020 contre 4,3 millions en 2019, a annoncé le Fonds des Nations Unies pour l’enfance ( UNICEF).

Cette projection est liée à une recrudescence de la violence, notamment des attaques contre des enfants et des civils, des enlèvements et le recrutement d’enfants dans des groupes armés, précise le fonds onusiens dans un communiqué publié mardi.

« Lorsque nous examinons la situation dans le centre du Sahel, nous ne pouvons nous empêcher d’être frappés par l’ampleur de la violence à laquelle les enfants sont confrontés. Ils sont tués, mutilés et abusés sexuellement, et des centaines de milliers d’entre eux ont vécu des expériences traumatisantes », a déclaré Marie-Pierre Poirier, Directrice régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Les attaques contre les enfants ont augmenté au cours de l’année écoulé. Le Mali, par exemple, a enregistré 571 violations graves contre les enfants au cours des trois premiers trimestres de 2019, contre 544 en 2018 et 386 en 2017, rapporte la même source.

Depuis le début de l’année 2019, plus de 670 000 enfants dans la région ont été contraints de fuir leur domicile en raison des conflits armés et de l’insécurité.

« Les enfants touchés par la violence dans le centre du Sahel ont un besoin urgent de protection et de soutien », a ajouté Poirier.

L’augmentation de la violence a également des conséquences dévastatrices sur l’apprentissage des enfants. Ainsi fin 2019, plus de 3300 écoles dans les trois pays étaient fermées ou non opérationnelles en raison de violences – multipliées par six depuis avril 2017 – touchant 650 000 enfants et 16 000 enseignants, indique l’UNICEF.

Par ailleurs l’insécurité et les déplacements entravent l’accès aux services essentiels, à la nourriture et à l’eau potable, souligne le Fonds onusien.

L’UNICEF estime que dans le centre du Sahel, plus de 709 000 enfants de moins de 5 ans souffriront de malnutrition aiguë sévère et nécessiteront des traitements vitaux cette année.

Parallèlement, l’accès des familles à l’eau potable diminue également. Rien qu’au Burkina Faso, l’accès à l’eau potable a baissé de 10% entre 2018 et 2019 dans les zones où les personnes déplacées représentent plus d’un cinquième de la population. Certaines régions ont connu une baisse allant jusqu’à 40%.

SourceAgences

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos