lundi, juin 14, 2021

«Soutenu par Riyad, le Caire restructure ses relations avec la Palestine pour réduire le rôle du Qatar et de la Turquie», affirment des sources

Courrier arabe

Des sources égyptiennes ont signalé que «le gouvernement égyptien prévoyait des plans pour changer de politique avec la Palestine, afin de replacer le Caire au centre de la scène et réduire le rôle imposant du Qatar et de la Turquie», affirmant que «l’Arabie saoudite était dans le jeu».

Les sources privées ont raconté au journal al-Araby al-Jadeed les détails des mouvements, prévus en coulisses par les responsables égyptiens, indiquant que «le Caire s’est rapprochée du président de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, après une longue période de froid et de tension déclenchée lorsque le président égyptien, Abdel Fatah al-Sissi, avait commencé à soutenir les Emirats arabes unis (EAU), qui cherchent à placer Mohammed Dahlan (l’ancien dirigeant banni par le Fatah) en tête du pouvoir palestinien».

Le Caire n’est plus aux côté de Dahlan

«Des communications à haut niveau se sont dernièrement tenues entre les autorités égyptiennes et Mahmoud Abbas», notant qu’«elles avaient permis de rétablir la coordination sécuritaire et civile entre l’autorité palestinienne et les forces israéliennes».

Elles ajoutent : «Le Caire précisa à Abbas qu’elle était à égale distance des différentes parties et qu’elle rejetait la position soutenant Dahlan, tout en lui soulignant que le choix du chef du pouvoir en Palestine ne concernait que les Palestiniens».

Le Hamas contacté en privé

Les sources ont précisé que «les communications engagées par le Caire avec Abbas avait écarté le Hamas», expliquant que «ce dernier avait été contacté en privé par l’Égypte, qui lui demanda d’éviter les réactions exacerbées,  qui risquent de faire perdre aux Palestiniens un soutien arabe précieux».

L’Arabie saoudite est aussi dans le jeu

Les sources avaient également indiqué que «les mouvements égyptiens furent menés suite à une coordination avec la direction saoudienne», précisant que «cette dernière soutenait les visions de Mahmoud Abbas».

«Riyad et le Caire ont décidé de présenter, à l’autorité palestinienne, une série d’aides financières, et lui ont proposé de soutenir des projets humanitaires en Palestine», avaient-elles ajouté, en indiquant : «ces initiatives, financées par l’argent saoudien, permettront à des parties saoudiennes de participer à la gestion et au financement des associations caritatives à Jérusalem, et octroieront aux représentants saoudiens la possibilité de rejoindre le conseil des Affaires religieuses et de superviser l’administration de la mosquée d’al-Aqsa, actuellement léguée à la Jordanie».

Selon les sources, «les propositions furent avancées en collaboration avec Israël, dans le but de relancer le jeu de rôles, en Palestine, dans un temps où le Qatar s’impose dans la bande de Gaza».

L’Égypte et le festival des cadeaux  

Elles ont également affirmé que «le Caire a décidé d’ouvrir le point de passage de Rafah, 3 jours par semaine, à compter du 8 décembre, permettant aux voyageurs de traverser des deux côtés».

«L’Égypte se prépare aussi à envoyer, en Palestine, d’importantes quantités d’aides alimentaires et médicales, financées par l’Arabie saoudite », avaient-elles ajouté, en précisant que «le Caire faisait de son mieux pour envoyer des appareils de respirations, demandés par le secteur sanitaire dans la bande de Gaza, pour faire face au coronavirus».

«40 appareils seront envoyés à Gaza, comme cadeaux, si Israël autorise leur entrée », avaient-elles souligné, en indiquant au final que «des préparatifs étaient en cours, pour arranger un sommet en Égypte, où Abbas et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou seraient présents».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Dernières infos